La Russie construit la nouvelle station Vostok | Polarjournal
L’objectif était de préparer la nouvelle station « Vostok » pour une occupation dans environ trois ans et d’offrir aux chercheurs les meilleures opportunités pour leurs travaux. Avec l’échec du brise-glace « Sevmorput », il est probable que ce soit un an plus tard. (Foto : Novatek)

La station russe Vostok est un avant-poste de la science russe sur le continent antarctique. « Vostok » a été fondé en 1957 et les premières installations sont maintenant sous la neige après plus de 60 ans. On estime que les coûts d’entretien de l’ancienne station et l’usure ont été très élevés. En termes d’efficacité et de confort de vie, la station « Vostok » d’aujourd’hui est déjà loin derrière ses « voisines ». En raison de la défaillance du brise-glace de transport « Sevmorput » causée par la rupture d’une pale d’hélice sur le système de propulsion principal, les composants d’un nouveau bâtiment n’ont pas pu être livrés. Par conséquent, l’achèvement de la station polaire devrait être retardé d’un an.

Avant d’être transportée en Antarctique, la station a été installée et son fonctionnement a été vérifié. (Photo : Novatek)

Les composants et les modules sont transportés vers la station « Progress » sur la côte de la baie de Prydz à bord du brise-glace cargo « Sevmorput ». Les modules de la nouvelle station y sont déchargés et transportés vers la côte par des tracteurs. Selon les premières estimations, le déchargement prendra environ deux à trois semaines. La totalité de la cargaison nécessaire est ensuite livrée à la station « Vostok ». La distance pour ce transport exigeant de « Progress » à « Vostok » est de 1 400 km, et la station est également située à 3 480 mètres au-dessus du niveau de la mer. Le transport vers l’intérieur des terres est assuré par des traîneaux tirés par des tracteurs. Ces travaux et l’installation du complexe de la station devraient être réalisés pendant la saison estivale de l’Antarctique, de novembre à février, au cours des trois prochaines années, jusqu’en 2023. C’est ainsi que cela a été prévu ! En raison de la panne du « Sevmorput » en novembre 2020, l’ensemble des travaux a été reporté d’un an, de sorte que la station ne sera pas prête à être occupée avant 2024.

Logistique des transports en Antarctique

Un certain nombre de travaux préparatoires ont déjà été réalisés en Antarctique. Par exemple, des traîneaux avec des véhicules à chenilles ont été organisés et des bases de carburant ont été construites sur l’itinéraire principal, créant ainsi les conditions préalables à la livraison des éléments complexes de la côte de l’Antarctique jusqu’au site de construction. Les composants et les modules de la nouvelle station sont transportés sur des skis par plus de deux douzaines de tracteurs et de plates-formes de transport lourd. Des charges pesant jusqu’à 60 tonnes peuvent être transportées par traîneau.

L’espace de vie des chercheurs et des techniciens de la station « Vostok » est moderne et frais. (Photo : Novatek)

Le nouveau complexe de la station offrira un hébergement confortable aux explorateurs polaires. Pendant la saison estivale, il y a de la place pour 35 personnes et 15 personnes pour l’hivernage. Un entrepôt devrait être mis en place pour assurer l’approvisionnement en carburant et en nourriture pendant deux ans. La station reposera sur des piliers de 3 mètres de haut afin d’éviter d’être « enneigée » pendant de nombreuses années.

Toutes les installations sont reliées par un couloir central. (Photo : Novatek)

En théorie, la recherche « spatiale » est également possible ici. L’Antarctique connaît des conditions climatiques extrêmes et les habitants de cette région ont longtemps été complètement isolés. Cette situation est très similaire à celle des expéditions spatiales de longue durée, ce qui signifie que l’on peut s’entraîner et se préparer à de tels vols.

« La rénovation et la construction de nouvelles stations antarctiques russes sont réalisées sur ordre du président Vladimir Poutine. Le principal objectif du nouveau complexe d’hivernage de la station Vostok est de renforcer la position de la science russe en Antarctique », a déclaré Viktoria Abramchenko, ministre des ressources naturelles et de l’environnement de la Fédération de Russie.

L’ancienne station a pris de l’âge et se trouve en partie sous la neige. Seuls les bâtiments des années 1980 sont encore visibles à la surface. En outre, la technologie n’est plus à jour. (Photo : Alexey Ekaikin)

La station Vostok a été inaugurée le 16 décembre 1957.

Actuellement, c’est la seule station antarctique russe à l’intérieur du continent. Depuis son ouverture, la gare a été rénovée à deux reprises, en 1974 et en 1982. L’infrastructure de la station doit actuellement être entièrement remplacée. Les bâtiments anciens sont non seulement en mauvais état, mais aussi partiellement ou totalement ensevelis sous 3 à 5 mètres de neige.

La station « Vostok » est située à 1 287 km du pôle Sud géographique. Le littoral le plus proche se trouve à 1 260 km et la station de Mirny à 1 410 km.

Le 21 juillet 1983, la température la plus basse jamais enregistrée a été de 89,2 °C. Le 23 juillet 2004, une température de surface de 98,6 °C a été enregistrée par des mesures satellitaires au nord-ouest de la station de recherche, mais elle n’a pas été reconnue comme un record.

Un monument à l’entrée du bâtiment principal commémore le fondateur de la station « Vostok », Alexei Treshnikov. (Photo : Alexey Ekaykin)

Andrei Kapiza, scientifique à la station « Vostok », a développé la thèse de l’existence d’un lac sous la station dès la fin des années 1950, mais n’a pas pu la prouver. Ce n’est qu’à Noël 1974 que cette thèse a été renforcée par une équipe écossaise, qui avait remarqué une zone particulièrement plate dans l’étude radar de la surface du glacier. L’existence du lac a été confirmée par une équipe russo-britannique en 1996 grâce à une combinaison de diverses données, notamment des mesures radar aéroportées atteignant la glace en profondeur, des mesures d’élévation radar spatiales et l’analyse des ondes sismiques générées.

En raison de sa situation sous la glace, le lac Vostok est probablement le lac le plus vierge et le plus original de la planète. (Graphic : Nicolle Rager-Fuller / NSF)

Le lac Vostok est le plus grand des 370 lacs sous-glaciaires connus sous la glace. Il s’étend de la station russe éponyme de Vostok à près de 250 kilomètres au nord, mesure 50 kilomètres de large et a une profondeur d’eau de 1 200 mètres. Le lac d’eau douce se trouve à une profondeur de 3700 à 4100 mètres sous la calotte glaciaire.

Heiner Kubny, PolarJournal

Plus d’informations sur le sujet :

Print Friendly, PDF & Email
error: Content is protected !!
Share This