Encore moins de temps pour atteindre l’objectif climatique de Paris ? | Polarjournal
Outre le dioxyde de carbone, les gaz à effet de serre à durée de vie plus courte que sont le méthane et l’oxyde d’azote, ainsi que les particules de suie et de soufre, entraînent un réchauffement de l’atmosphère qui a les plus fortes répercussions sur les régions polaires. Photo : Julia Hager

L’accord de Paris sur le climat prévoit de tout mettre en œuvre pour limiter le réchauffement climatique à 1,5 ou 2 degrés Celsius maximum. La mesure la plus importante pour atteindre ces objectifs est la réduction drastique des émissions de carbone à l’échelle mondiale, ce qui constitue en soi un immense défi. Les différents pays examinent donc la quantité de gaz à effet de serre qui peut encore être émise sans dépasser les objectifs de température. Une équipe de scientifiques de l’Université de Washington vient d’étudier comment les émissions d’autres substances et composés, comme la suie ou l’oxyde d’azote, influencent l’augmentation de la température. Ils ont constaté que l’inclusion de toutes les émissions réduisait le temps nécessaire pour atteindre les objectifs climatiques de Paris.

Dans le cadre de cette nouvelle étude, publiée dans la revue Nature Climate Change, l’équipe dirigée par l’Université de Washington a calculé la quantité de réchauffement à laquelle nous devons nous attendre avec certitude en raison des émissions passées. Contrairement aux recherches précédentes, l’étude actuelle inclut, en plus des émissions de dioxyde de carbone, les émissions de gaz à effet de serre à courte durée de vie comme le méthane et l’oxyde d’azote, ainsi que les aérosols comme le soufre ou la suie.

Les scientifiques ont utilisé un modèle climatique pour huit voies d’émissions différentes afin d’étudier comment la température de la Terre évoluerait si toutes les émissions étaient soudainement stoppées chaque année de 2021 à 2080. Ils ont découvert que dans un scénario d’émissions modérées, il y a deux tiers de chances pour que le réchauffement dépasse au moins temporairement 1,5 degré Celsius d’ici 2029, même si toutes les émissions cessent d’ici là. Si les émissions restent à un niveau modéré, il y a deux tiers de chances pour que le réchauffement climatique dépasse, au moins temporairement, les 2 degrés Celsius d’ici 2057.

« Il est important de regarder quelle part du futur réchauffement climatique peut être évitée par nos actions et nos politiques, et quelle part du réchauffement est inévitable en raison des émissions passées », explique Michelle Dvorak, doctorante en océanographie à l’Université de Washington et auteure principale de l’étude. « Je pense que cela n’a pas été clairement distingué jusqu’à présent – quelle quantité de réchauffement aura lieu à l’avenir, uniquement sur la base de ce que nous avons déjà émis ».

Le graphique montre le changement calculé par le modèle par rapport aux températures préindustrielles, si toutes les émissions humaines cessaient soudainement en 2021. La ligne en pointillés montre que si l’on ne prend en compte que le dioxyde de carbone, les températures moyennes mondiales suivent une courbe plate et ne commencent à baisser qu’après 2100. Si toutes les émissions humaines sont prises en compte (ligne en pointillés), on observe une augmentation temporaire, car la pollution particulaire tombe du ciel, suivi d’un refroidissement progressif, car les gaz à effet de serre à durée de vie plus courte, comme le méthane et les oxydes d’azote, sont réabsorbés. Jusqu’à ce que les émissions cessent, la pollution aux particules fines masque une partie du réchauffement auquel la Terre est déjà exposée en raison des émissions antérieures. La ligne orange montre l’augmentation de la température sur la Terre dans le cadre d’un scénario d’émissions business-as-usual modéré. Graphique : Dvorak et al. 2022/Nature Changement climatique

Des études antérieures, qui ne prenaient en compte que les émissions de dioxyde de carbone, ont constaté qu’il n’y avait que peu ou pas de réchauffement après l’arrêt des émissions.

Selon le type d’émissions, il y a un effet de réchauffement ou de refroidissement. Les particules (suie et autres) présentes dans l’atmosphère réfléchissent la lumière du soleil et ont donc un effet rafraîchissant, mais sont rapidement éliminées de l’atmosphère, tandis que les gaz à effet de serre à longue durée de vie stockent la chaleur. Si toutes les émissions anthropiques étaient stoppées simultanément, la Terre se réchaufferait brusquement mais temporairement – pendant une période d’environ dix à vingt ans – de 0,2 degré Celsius dès que les émissions cesseraient.

« Cette étude porte sur le réchauffement temporaire qui ne peut être évité, et c’est important si l’on pense aux composants du système climatique qui réagissent rapidement aux changements de température globale, y compris la glace de mer arctique, les événements extrêmes tels que les vagues de chaleur ou les inondations, et de nombreux écosystèmes », explique Kyle Armour, professeur agrégé de sciences atmosphériques et d’océanographie à l’Université de Washington et co-auteur de l’étude. « Notre étude a montré que, sur la base des émissions passées, nous sommes obligés d’agir avant de percevoir les températures maximales dans cinq à dix ans ».

Si nous voulons atteindre l’objectif de l’accord de Paris sur le climat, à savoir limiter le réchauffement à moins de 2 degrés Celsius, les auteurs estiment que notre « budget carbone » restant est nettement inférieur à ce que l’on pensait jusqu’à présent.

« Nos résultats rendent d’autant plus urgente la nécessité de réduire rapidement les émissions », a déclaré Dvorak.

Julia Hager, PolarJournal

Lien vers l’étude : M. T. Dvorak, K. C. Armour, D. M. W. Frierson, C. Proistosescu, M. B. Baker, C. J. Smith. Estimating the timing of geophysical commitment to 1.5 and 2.0°C of global warming. Nature Climate Change, 2022 ; DOI : 10.1038/s41558-022-01372-y

Print Friendly, PDF & Email
error: Content is protected !!
Share This