Antarctic RINGS – Mesure de la banquise antarctique | Polarjournal
Pour les mesures radar, il faut utiliser non seulement des Twin Otter et des avions Basler, mais aussi des machines plus grandes, capables de parcourir de plus grandes distances. Photo : Kenichi Matsuoka

La carapace de glace de l’inlandsis antarctique, épaisse parfois de plusieurs kilomètres, recouvre presque entièrement le continent blanc et laisse à peine deviner la topographie cachée sous elle. Les jeux de données BEDMAP1, puis BEDMAP2, publiés par le British Antarctic Survey, qui montrent beaucoup plus de détails, donnent un aperçu de la topographie du socle rocheux depuis 2001 et 2013 respectivement. Les scientifiques ont toutefois besoin de données plus précises sur les bords de la calotte glaciaire antarctique afin de mieux évaluer l’écoulement de la glace et sa contribution à l’élévation du niveau de la mer, aujourd’hui et à l’avenir. Pour combler cette lacune, un nouvel ensemble complet de données sera collecté par avion au cours des prochaines années – réalisé par le groupe d’action « Antarctic RINGS », créé spécialement pour ce projet.

Il y a un peu plus d’un an, le Comité scientifique pour la recherche en Antarctique (SCAR – Scientific Committee on Antarctic Research) a créé le groupe d’action « Antarctic RINGS » dont l’objectif principal est de fournir des données plus précises et plus complètes sur la topographie du sous-sol, afin de pouvoir évaluer de manière fiable les écoulements de glace dans l’ensemble de l’Antarctique. Pour cela, il est nécessaire d’effectuer les mesures dans trois anneaux le long du bord de la calotte glaciaire : (1) dans un anneau primaire au-dessus de la ligne de base de la calotte glaciaire, où la glace rencontre l’océan et flotte ; (2) dans un anneau vers la mer et (3) dans un anneau vers la terre. Plusieurs instruments différents seront utilisés dans le cadre de ces recherches, notamment des radars, des appareils de mesure de la gravité et des appareils de mesure Lidar.

En combinaison avec des données satellites, le nouveau jeu de données peut en outre être utilisé pour saisir l’apport massif dû aux chutes de neige, qui n’est actuellement estimé que par des modèles climatiques régionaux. La précision des modèles de calotte glaciaire sera également améliorée grâce aux nouvelles données.

La ligne de base, où la glace terrestre rencontre l’océan et flotte, se retire dans de nombreuses régions de l’Antarctique. La topographie joue également un rôle. C’est pourquoi les mesures sont effectuées sur trois anneaux parallèles à la ligne de base. Graphique : Centre national de données sur la neige et la glace, NASA

La topographie du sous-sol sous la calotte glaciaire influence à la fois la dynamique du flux de glace (vitesse, direction et taux d’écoulement) et la vulnérabilité des glaciers et de la calotte glaciaire face aux changements actuels de l’atmosphère et de l’océan. Il est d’autant plus urgent de combler le manque de connaissances sur la topographie côtière que les prévisions actuelles sur la perte future de glace en Antarctique sont majoritairement liées au recul de la ligne de base provoqué par des processus dans l’océan.

Les plateaux flottants occupent la majeure partie, près des trois quarts, du bord de la calotte glaciaire antarctique. Si la glace des glaciers s’écoule au-delà de la ligne de base vers le plateau continental, elle contribue directement à l’élévation du niveau de la mer. Des mesures précises de l’épaisseur de la glace et de la vitesse d’écoulement au niveau de la ligne de base sont donc nécessaires pour quantifier le flux de glace de l’inlandsis vers l’océan.

Il n’est pas encore possible de relever la topographie du socle rocheux de l’Antarctique par satellite, de sorte que les mesures seront effectuées par des radars aériens, comme c’était déjà le cas pour les deux premiers ensembles de données BEDMAP1 et BEDMAP2. En complément, des mesures offshore sont effectuées par des navires de recherche et des véhicules sous-marins sans pilote.

L’animation montre la topographie du socle rocheux sous la calotte glaciaire antarctique à partir du jeu de données BEDMAP2 et l’amélioration de la résolution par rapport à BEDMAP1. Vidéo de présentation : NASA

Ce projet à grande échelle est réalisé grâce à une coopération internationale panantarctique qui intègre les capacités techniques et logistiques existantes et nouvelles de nombreux pays, dont le Royaume-Uni, la Norvège, l’Italie, le Danemark, les États-Unis, l’Australie, la Chine et l’Allemagne.

Actuellement, le groupe d’action en est encore à la phase de planification et dirigera un premier atelier à la fin de ce mois afin de discuter des priorités scientifiques, des exigences en matière d’enquêtes et d’autres points. Parallèlement, plusieurs projets internationaux sont déjà en cours de préparation afin de réaliser les premières collectes de données durant la saison de terrain antarctique 2023/2024.

Julia Hager, PolarJournal

En savoir plus sur le sujet :

Print Friendly, PDF & Email
error: Content is protected !!
Share This