Le parti Naleraq plaide pour l’abandon du statut UNESCO d’Ilulissat | Polarjournal
Le fjord de glace, long de 40 kilomètres, est généralement entièrement recouvert de fragments de glace et d’icebergs provenant du glacier Sermeq Kujalleq, l’un des rares endroits où la glace de l’inlandsis groenlandais se déverse directement dans la mer. Photo : Julia Hager

Depuis 2004, le fjord de glace près d’Ilulissat, dans l’ouest du Groenland, est inscrit au patrimoine naturel mondial de l’UNESCO et bénéficie d’une protection particulière. La zone tampon de deux kilomètres de large qui borde le fjord et dans laquelle se trouve Ilulissat fait également partie de la zone protégée, dans laquelle seules quelques activités sont autorisées. Les travaux de construction n’en font pas partie. Selon un représentant du parti Naleraq du Groenland, ces derniers seraient pourtant nécessaires de toute urgence pour le développement de la ville, raison pour laquelle ce dernier a proposé de renoncer au statut de patrimoine mondial.

Le fjord de glace d’Ilulissat, ou Kangia en groenlandais, porte bien son nom : ce fjord situé à 250 kilomètres au nord du cercle polaire est rempli de blocs de glace flottants et d’énormes icebergs qui se détachent du glacier Sermeq Kujalleq, très actif. Avec une vitesse d’écoulement de 40 mètres par jour, le glacier est l’un des plus actifs au monde et perd chaque année environ 46 kilomètres cubes de glace, soit un dixième de toute la glace qui se détache des glaciers au Groenland. Cette étonnante activité glaciaire a valu au fjord de glace, qui débouche sur la tout aussi célèbre baie de Disko, le statut de patrimoine naturel mondial de l’UNESCO.

Cependant, selon Anthon Frederiksen, membre du conseil municipal de la commune Avannaata, située dans la partie la plus au nord-ouest du Groenland, le statut de patrimoine mondial est un obstacle au développement urbain d’Ilulissat. Le développement de la ville est tellement limité qu’il souhaite proposer de retirer le fjord de glace de la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Depuis 2004, le fjord de glace est inscrit sur la liste du patrimoine naturel mondial. La zone tampon de deux kilomètres de large n’a été ajoutée qu’en 2019. Dans la zone tampon locale (vert foncé, le long de la limite de la ville d’Ilulissat), les activités de construction sont totalement interdites. Dans la zone verte plus claire autour du fjord, la construction de cabanes (abris) est autorisée de manière limitée. Le trafic motorisé est également limité. Carte : UNESCO

« Au cours des 20 dernières années, la ville s’est beaucoup développée et nous sommes arrivés à un point où les possibilités de développement urbain se réduisent, car la zone de protection des eaux implique également des restrictions. Et l’extension de l’aéroport signifie également que de meilleures routes sont nécessaires », explique Frederiksen à la plateforme d’information Sermitsiaq SA.

La ministre de l’Environnement Kalistat Lund n’a apparemment pas pu garantir que la construction d’une nouvelle route vers l’aéroport pourrait être autorisée. « Nous avons une autre option pour le développement urbain, en direction de la zone protégée par l’UNESCO. Lorsque nous ne ferons plus partie de l’UNESCO, nous aurons des zones très attrayantes pour le développement urbain. Les entreprises s’arrachent cette belle région et je pense que de nombreuses autres possibilités s’ouvriront. Le monde des affaires et la zone touristique en profiteront beaucoup si nous pouvons construire en direction de Kangia », a déclaré Frederiksen.

C’est notamment la vue grandiose sur le fjord et les étranges formations de glace qui attirent chaque année un grand nombre de touristes. Photo : Julia Hager

Selon Frederiksen, le statut UNESCO n’a pas d’influence sur le tourisme : « Avant 2004, il y avait déjà beaucoup de touristes, et cela ne changera pas, qu’Ilulissat fasse partie de l’UNESCO ou non. Dans ce domaine, nous n’avons rien à craindre. Le fjord de glace n’est pas seulement célèbre dans le monde entier parce qu’il fait partie du patrimoine mondial ».

L’élu local entend présenter la proposition lors de la prochaine réunion du conseil municipal et il ne fait guère de doute qu’elle ne sera pas soutenue. « Nous travaillons politiquement avec tous les partis sauf Siumut. Je suis persuadé que la proposition sera soutenue par les partis de la coalition au conseil municipal », déclare Frederiksen.

Les autres partis ont déjà fait part de leur position à Sermitsiaq SA avant la réunion : les représentants des partis Siumut et Demokraatit n’ont pas encore discuté du sujet et n’ont donc pas encore pris position. La représentante de Demokraatit serait toutefois favorable à une réduction de la zone protégée. Un autre parti, Inuit Ataqatigiit, est favorable à la proposition de Frederiksen, mais serait également ouvert à une réduction de la taille. En 2017, le parti Atassut avait déjà proposé de réduire le territoire de l’UNESCO, car selon lui, personne ne venait pour le statut de patrimoine mondial. Il se réjouit que les autres partis se penchent désormais sur la question.

Julia Hager, PolarJournal

Print Friendly, PDF & Email
error: Content is protected !!
Share This