Voyager avec le PolarJournal – Aventure au Groenland Sud Blog 6 | Polarjournal

De hauts flancs de montagne avec des flancs enneigés qui se terminent par des sommets abrupts, des lacs et des ruisseaux clairs qui dévalent les mêmes pentes de montagne en cascades tumultueuses, des fjords profonds où flottent de nombreux icebergs et beaucoup de toundra verte et tendre, tel est le paysage du sud du Groenland. Comment explorer et vivre un tel paysage ? Deux mots suffisent pour répondre à cette question lors de ce voyage : activités en plein milieu.

Classiquement, les régions polaires sont explorées et vécues en débarquant sur les côtes avec des zodiacs, puis à pied. Mais avec « Aventure au sud du Groenland », on va plus loin et on vit la région plus à l’intérieur et avec tous ses sens. Image : Michael Wenger

Découvrir les régions polaires en tant que passager ou touriste n’est pas simplement un boom, c’est quelque chose que les gens entreprennent depuis des décennies. Le nombre de personnes intéressées ne cesse d’augmenter, à l’exception de quelques cas d’effondrement. Et donc le nombre de prestataires, les intérêts et les offres possibles de régions et d’activités. C’est donc précisément dans la situation actuelle, où la moitié de l’Arctique est fermée pour des raisons politiques, et le restera probablement encore longtemps, que les nombreuses compagnies maritimes et les exploitants de navires doivent chercher de nouvelles possibilités. Et le Groenland du Sud est une destination idéale. Mais bien que le paysage soit d’une beauté unique, sauvage et spectaculaire, les tour-opérateurs locaux souhaitent eux aussi que leur région soit considérée non seulement comme un lieu de diversité des paysages, mais aussi comme un lieu d’activités et d’aventures. Et pourquoi pas ? Le Groenland ne veut pas se fermer au tourisme, il veut montrer que l’on peut effectivement combiner la découverte de la nature avec des expériences d’activités. Ce que cela signifie, nous le vivons ici, à bord, au cours de ce voyage. Les activités à bord, qui partent chaque jour de l' »Ultramarine », constituent un programme dense, en partie ouvert à tous et en partie à réserver à l’avance, et offrent vraiment quelque chose pour chacun.

Une telle vue depuis la tente tôt le matin est déjà une expérience en soi, surtout si elle est accompagnée de plats locaux et d’explications sur la faune et la flore environnantes. Retour à la nature dans le sud du Groenland, même si ce n’est que pour une nuit. Image : Christiane Bach

Depuis le début du voyage, nous sommes déjà occupés par des activités et avons ainsi littéralement vécu de près le Groenland du Sud. Il y a par exemple des randonnées où l’hélicoptère emmène le groupe à l’intérieur des terres ou sur un plateau, ou encore du kayak le long de la côte. On ne peut bien sûr pas faire l’impasse sur les excursions classiques à terre avec des zodiacs et les randonnées guidées qui s’ensuivent. Mais en collaboration avec les habitants, des activités à réserver en supplément sont également sur la liste. Et le sixième jour, il s’est passé beaucoup de choses, comme camper au milieu du sud du Groenland. Au total, deux groupes ont entrepris cette aventure et ont été accompagnés par des guides locaux qui leur ont montré quelles plantes et herbes pouvaient être cueillies et mangées, comment attraper de délicieux poissons dans un lac clair. Ils ont également montré à quel point les légumes et la viande produits localement sont délicieux et à quel point il est possible de dormir dans des tentes au milieu du Groenland du Sud (même si le vent a un peu secoué les tentes pendant la nuit). Christiane, une participante qui avait réservé le tout avec sa sœur, a été enthousiasmée par les gens et les activités. « Le vent a bien secoué la tente pendant la nuit, mais c’était quand même une expérience formidable », explique-t-elle à son retour.

Pour les plus sportifs, il était possible soit de faire du kayak sur un lac au milieu des montagnes du sud du Groenland, soit d’explorer la région en VTT sur un itinéraire défini par un prestataire local. Images : Ben Bach / Stefan Bach

Ou pourquoi pas du VTT, qui s’est déroulé sur une piste très aventureuse au milieu du paysage du sud du Groenland ? Pour ce faire, Quark travaille avec une famille de la région qui s’occupe des vélos et dispose également d’un trail sur lequel il est possible de rouler. Les vélos sont spécialement équipés pour rouler aussi bien sur le sol mou de la toundra que sur les sentiers caillouteux et ne causent que peu de dégâts. Pour David, un Américain qui vit par ailleurs en Floride, cette aventure était en tout cas unique. « Ce n’était pas pour les débutants. Il fallait déjà s’y connaître un peu. Mais avec les guides, nous étions parfaitement en route », dit-il avec enthousiasme. Et Stefan, l’un des rares Suisses à bord et également fan de VTT, a lui aussi trouvé l’expérience super et unique. « C’était un moment fort et bien organisé ».

D’autres passionnés d’activités ont pu assouvir, un jour plus tôt, leurs envies de pagayer en faisant du kayak sur un lac de montagne. Entouré de hautes montagnes et d’un grand ruisseau qui se déverse dans le lac, le groupe a eu la chance de découvrir un site connu uniquement des locaux d’une toute autre manière qu’à pied. La détente à l’état pur.

Les hélicoptères ont constitué le cœur technique de la plupart des activités et les guides de l’équipe d’expédition en ont été l’âme qui a assisté tous les passagers et leur a transmis de nombreuses connaissances, tout en veillant à leur sécurité. Image : Michael Wenger

Outre les hélicoptères et leurs pilotes, ce sont surtout les guides de l’équipe d’expédition qui ont été mis à contribution aujourd’hui (et tous les jours précédents). Au total, 28 membres composent l’équipe qui a assisté les passagers dans toutes sortes de fonctions. Pour chaque activité, plusieurs experts étaient toujours disponibles pour aider et accompagner les passagers. Je connais certains membres de l’équipe et je sais que tous ceux qui participent aux aventures et aux activités sont entre de bonnes mains. Les hélicoptères et le bateau sont peut-être le cœur technique du voyage. Mais, quoi qu’il en soit, les hommes et les femmes de l’équipe qui entourent Allison, la cheffe de l’expédition, en sont l’âme.

Dr. Michael Wenger, PolarJournal

En savoir plus sur le sujet :

Print Friendly, PDF & Email
error: Content is protected !!
Share This