Renaissance et retraite pour le pétrole du versant nord de l’Alaska | Polarjournal
Là où la chaîne de montagnes Brooks se termine et où le conflit commence (Photo : Fred Paillet)

Une semaine après que deux compagnies pétrolières se soient déclarées prêtes à aller de l’avant avec un important projet pétrolier dans le nord de l’Alaska, une troisième a déclaré qu’elle mettait fin à ses activités d’exploration, laissant seule une société d’État détentrice des baux émis lors du premier – et, à ce jour, du seul – projet pétrolier de l’Alaska. vente de droits de forage dans l’Alaska National Wildlife Refuge.

La décision de Knik Arm Services, une société immobilière d’Alaska, fait suite à une décision similaire prise par Regenerate Alaska, un producteur de pétrole basé en Australie, au début de l’année, de renoncer aux concessions qu’il avait obtenues en janvier 2021, dans les derniers jours de la précédente administration de la Maison-Blanche. Tous deux ont renoncé à leurs baux en réponse à un moratoire imposé par l’administration actuelle le jour de son entrée en fonction, mettant fin à tout développement dans le refuge.

Le forage pétrolier dans le refuge est très controversé. Il renferme peut-être des milliards de barils de pétrole et a longtemps été considéré comme un moyen d’aider l’Alaska à relancer son industrie pétrolière et gazière en déclin, ainsi que de protéger l’Amérique contre les ruptures d’approvisionnement. Mais le refuge, comme son nom l’indique, est une zone environnementale sensible qui constitue un lieu de reproduction crucial pour les caribous qui sont chassés par les communautés Gwich’in.

La décision de la Maison-Blanche est contestée en justice par l’Alaska Industrial Development and Export Authority, une agence d’État qui a acheté sept baux pour un coût de 14,4 millions de dollars (14,5 millions d’euros) afin de préserver les droits de forage au cas où les compagnies pétrolières ne montreraient aucun intérêt. Mark Graber, propriétaire de Knik Arm Services, a déclaré que l’incertitude quant à l’avenir du forage dans le refuge avait incité l’entreprise à renoncer au bail et à demander aux autorités fédérales de lui restituer les 2,1 millions de dollars qu’elle avait payés – ce que le Bureau of Land Management a accepté. « Il est devenu évident que cet ordre d’arrêt des travaux pourrait s’étendre sur des années, surtout si le procès (de l’Alaska Industrial Development and Export Authority) se prolonge indéfiniment. Il était temps de passer à de meilleures opportunités. »

(Carte : USGS)

La vente de baux dans le refuge a été un échec total, ne générant qu’une infime partie des revenus qu’elle était censée rapporter, et la moitié seulement des baux mis en vente ayant fait l’objet d’une offre. Cette situation, combinée à la sortie discrète de Chevron et Hilcorp, deux grandes compagnies pétrolières, et à leur paiement de 10 millions de dollars pour mettre fin à leurs baux avec Arctic Slope Regional Corp, l’une des 13 organisations qui gèrent les intérêts commerciaux des groupes indigènes de l’État, qui leur permettaient d’explorer le pétrole et le gaz dans le refuge arctique dans les années 1980, a permis aux opposants de longue date au forage de crier victoire.

« Ces sorties démontrent clairement que les entreprises reconnaissent ce que nous savons depuis toujours : le forage dans le refuge arctique ne vaut pas le risque économique et la responsabilité qui résultent du développement sur des terres sacrées sans le consentement des peuples autochtones », a déclaré le comité directeur Gwich’in, un groupe formé en 1988 en réponse à une proposition d’ouverture du refuge au forage sur des terres qu’il appelle le lieu sacré où la vie commence.

Ailleurs, dans la région pétrolifère du North Slope – la partie nord de l’État qui s’étend du côté nord de la chaîne de montagnes Brooks jusqu’à l’océan Arctique – deux entreprises ont toutefois annoncé à la surprise générale qu’elles étaient prêtes à s’engager dans un projet de 2,6 milliards de dollars qui devrait produire 80 000 barils de pétrole par jour lorsqu’il sera mis en service en 2026. Le projet Pikka, situé sur les terres de l’État à l’est de la réserve nationale de pétrole de l’Alaska sous contrôle fédéral (voir la carte ci-dessus), est décrit comme un champ pétrolifère majeur – contenant peut-être 800 millions de barils de pétrole, selon l’État – qui pourrait augmenter de manière significative le flux de pétrole à travers le système de pipelines Trans-Alaska (ou Taps), un réseau de pipelines qui a vu le volume de pétrole qu’il transporte tomber à des niveaux bas inquiétants ces dernières années.

Des robinets pour les robinets ? (Photo : ConocoPhillips)

L’annonce a été saluée par les législateurs de l’État, y compris le gouverneur, Mike Dunleavy, comme le signe d’une « renaissance » de la province pétrolière du nord de l’Alaska. « Les Américains paient des prix de l’énergie très élevés en ce moment, mais il n’est pas nécessaire qu’il en soit ainsi. L’Alaska dispose des ressources et des protections environnementales nécessaires pour répondre aux besoins énergétiques de l’Amérique aujourd’hui et pour les décennies à venir », a-t-il déclaré dans un communiqué.

L’annonce de l’avancement du projet Pikka intervient alors que le projet Willow, plus important, reste enlisé dans un litige qui empêche son propriétaire, ConocoPhillips, de lancer la production de ce champ de 180 000 barils par jour (ce qui en fait l’un des plus grands champs pétrolifères jamais identifiés sur des terres fédérales). Les autorités fédérales ont freiné le projet pendant qu’une étude de son impact local, ainsi que de son potentiel d’aggravation du réchauffement climatique, est menée.

La décision du 8 juillet de réévaluer les incidences du projet sur l’environnement présente cinq scénarios possibles pour le projet. L’une d’entre elles, l’option « aucune action », mettrait un terme au projet Willow tout en permettant la poursuite de l’exploration pétrolière et gazière dans la région. Ce n’est pas une issue probable, mais le fait qu’elle soit envisagée devrait servir de signal que le pétrole de l’Alaska est de plus en plus considéré comme une simple source d’énergie potentielle.

Kevin McGwin, PolarJournal
Image : US Fish and Wildlife Service

En savoir plus sur ce sujet

Print Friendly, PDF & Email
error: Content is protected !!
Share This