Émission de télévision au Groenland pour un concours de communication pour jeunes chercheurs | Polarjournal
Bienvenue à Paasisavut, le concours destiné à la relève de la recherche polaire au Groenland. Ce show télévisé devrait débuter le 1er mars 2023 sur la chaîne de télévision groenlandaise KNR. Image : Arctic Hub

Pour de nombreuses personnes, la recherche polaire est un domaine scientifique passionnant dont on aimerait apprendre davantage. Mais pouvoir expliquer des travaux et des résultats scientifiques à un large public n’est pas chose aisée. En effet, en tant que scientifique, on se disperse volontiers dans les détails, sans pour autant vouloir trop simplifier le contenu scientifique de travaux. Au Groenland, on veut désormais offrir aux jeunes universitaires la chance de présenter correctement leur travail au public grâce à un format particulier, à savoir un concours en direct à la télévision.

Expliquer son travail scientifique en seulement cinq minutes à un jury de spécialistes et à un public sur place et à l’écran, tel est l’objectif de « Paasisavut » et le défi que les participants doivent relever. Le jury décidera à la fin qui a le mieux accompli cette tâche. Le gagnant recevra un prix de 25 000 couronnes danoises (environ 3 400 euros) et pourra se proclamer meilleur communicateur de recherche du Groenland, au moins pour un an. Car le spectacle, qui aura lieu pour la première fois l’année prochaine le 1er mars, est appelé à devenir un événement annuel, si l’on en croit ses initiateurs.

L’idée a été lancée par la plateforme International Arctic Hub et l’Université du Groenland. La plate-forme s’efforce de jeter un pont entre la science et la société au Groenland, au Danemark et au niveau international, et de veiller à ce que les connaissances scientifiques soient également diffusées auprès du grand public. « Il y a tellement de recherches passionnantes et pertinentes au Groenland, mais malheureusement, une grande partie des connaissances n’atteint jamais la population groenlandaise », explique Anna-Sofie Skjerdal, directrice d’Arctic Hub dans un communiqué de presse. Gitte Adler, la directrice de l’Université du Groenland, est du même avis. « Nous espérons pouvoir changer cela avec « Paasisavut » ».

L’appel de l’université et de l’Arctic Hub s’adresse aux doctorants inscrits dans une université nordique et dont le travail est directement lié au Groenland. En outre, ils doivent avoir effectué au moins une partie de leur travail de terrain au Groenland. Les jeunes diplômés ayant terminé leurs travaux au cours des deux dernières années peuvent également participer au concours.

Pour la relève académique, il est important de pouvoir expliquer son travail non seulement aux spécialistes, mais aussi au grand public. En effet, c’est le seul moyen de susciter l’enthousiasme et l’intérêt de celui-ci pour les thèmes les plus divers, ce qui a un effet positif sur l’avenir de la recherche scientifique. Image : Archives

Toute personne souhaitant participer à l’émission doit passer par un processus de sélection après inscription. Seules les cinq meilleurs candidats passeront ensuite à l’étape suivante : participer à un camp de préparation à l’émission. Lors de ce dernier, les participants apprendront à structurer leur présentation, à tout savoir sur le choix des mots et à présenter leur propre travail de la manière la plus captivante et la plus attrayante possible. Un acteur professionnel donnera également d’important conseils sur la manière de se présenter de façon aussi attrayante que possible. Il est important que les participants se sentent à l’aise sur scène. Le parcours du combattant qui attend les participants lors du show télévisé en direct est difficile. D’une part, le public et le jury doivent être captivés et enthousiasmés autant que possible et la valeur et l’importance du travail doivent être mis en valeur. D’autre part, la qualité scientifique et le professionnalisme doivent convaincre le jury d’experts. « Nous sommes certains que Paasisavut peut nous aider à réfuter tous les préjugés selon lesquels la recherche est trop compliquée et inaccessible », déclare Anne-Sofie Skjerdal. « Nous sommes convaincus que Paasisavut peut nous aider à prouver que la recherche groenlandaise est vivante, pertinente et très amusante ».

Dr. Michael Wenger, PolarJournal

Pour plus d’informations, cliquez ici : Paasisavut.gl

En savoir plus sur le sujet

Print Friendly, PDF & Email
error: Content is protected !!
Share This