Les rorquals communs de l’Antarctique pourraient migrer jusqu’au Chili | Polarjournal
Les rorquals communs sont particulièrement faciles à reconnaître lorsqu’ils exposent le côté droit de leur tête. En effet, ces animaux, qui peuvent mesurer jusqu’à 20 mètres de long, possèdent une mâchoire inférieure bicolore, dont le côté droit est blanc et le côté gauche sombre. Mais on ne sait pas très bien à quoi cela sert. Image : Michael Wenger

Pendant longtemps, les eaux de l’océan Austral ont été dangereuses pour les rorquals communs. En effet, la chasse industrielle à la baleine a fait beaucoup de mal au deuxième plus grand mammifère de la planète. Entre-temps, les effectifs se sont quelque peu reconstitués dans le sud. Mais de nombreux aspects de la vie des rorquals communs demeurent encore inconnus des chercheurs. Mais au moins un élément semble se dévoiler peu à peu : où les animaux migrent-ils lorsque l’hiver antarctique commence ?

Se remplir le ventre de krill et de poissons en été pour avoir beaucoup d’énergie pour se reproduire en hiver. C’est la stratégie que suivent de nombreux mammifères marins dans l’océan Austral. Les rorquals communs passent également leurs mois d’été de cette manière, y compris dans la région de la péninsule antarctique. Et bien que les animaux aient été massivement chassés jusqu’à l’époque moderne, on ne savait pas, jusqu’à présent, où ils se retiraient en automne, lorsque la banquise s’étendait à nouveau. Mais une équipe de recherche dirigée par le Dr Helena Herr de l’Université de Hambourg vient de découvrir un lieu de séjour possible : la côte Pacifique du Chili. C’est ce que révèlent les données de trackers satellitaires installés sur des rorquals communs autour de l’île subantarctique de l’île de l’Éléphant. Les résultats de cette étude ont été publiés récemment dans la revue Royal Society Open Science .

Pour cette étude, Helena Heer et son équipe ont utilisé des émetteurs satellites pour repérer les rorquals communs autour de l’île de l’Éléphant lorsque les animaux se sont rassemblés en groupes lâches pour se nourrir. De tels rassemblements ont à nouveau été observés plus fréquemment dans la région ces dernières années, ce qui indique que le nombre d’animaux, autrefois fortement chassés, est en train de remonter lentement. Au total, la chercheuse et son équipe ont pu installer sept émetteurs. Quatre d’entre eux ont fourni des données pendant les migrations des animaux. L’équipe s’est surtout concentrée sur la fin de la saison estivale, afin de ne pas rater le début des migrations, car les émetteurs ont une durée de vie limitée. « Les émetteurs étaient programmés pour émettre des signaux à des intervalles de une à cinq heures, pendant un total de 14 heures et un maximum de 300 transmissions par jour », écrit l’équipe dans son travail.

Les résultats de ce travail ont montré que les rorquals communs migrent probablement aussi en petits groupes vers leurs quartiers d’hiver. Ces mammifères marins rapides et agiles peuvent rapidement parcourir de grandes distances. Image : Michael Wenger

Les quatre animaux, dont les émetteurs fonctionnaient parfaitement, ont commencé leur migration à la mi-avril et se sont rapidement dirigés vers le nord-ouest. En l’espace de cinq jours, l’un des mammifères marins a traversé le passage de Drake à la nage (à titre de comparaison, il faut de deux et demi à trois jours à un bateau à pleine puissance), puis a fait demi-tour en direction de la côte Pacifique chilienne. Un deuxième a mis onze jours pour parcourir une distance similaire. Au final, l’un des animaux avait parcouru environ 2 300 kilomètres en 16 jours, ce qui correspond à une moyenne de 144 kilomètres par jour, et avait migré jusqu’à la hauteur du parc national chilien Laguna San Rafael, à environ 650 kilomètres au sud de la ville portuaire chilienne de Puerto Montt. C’est là que la trace se perd, comme l’écrivent les chercheurs.

De nombreux mystères entourent encore ces mammifères marins géants. Mais grâce à des techniques de plus en plus performantes et, notamment, à des projets de science citoyenne, il est possible de collecter des données plus nombreuses et plus précises. Celles-ci permettent d’améliorer encore la protection des animaux et d’accélérer la reconstitution des populations. Image : Michael Wenger

L’équipe précise toutefois que le résultat de leur étude ne devrait servir que d’indication, le nombre d’échantillons étant trop faible pour pouvoir tirer des conclusions définitives. En effet, jusqu’à présent, personne n’avait pu démontrer qu’il existe une reproduction des rorquals communs le long de la côte chilienne. La difficulté tient principalement à la longueur de la côté en question, soit plus de 6’400 kilomètres. Néanmoins, les indices se multiplient avec cette étude. Celle-ci montre en effet que les rorquals communs de la péninsule antarctique sont fidèles à leur site et aiment se regrouper autour de l’île de l’Éléphant vers la fin de la saison. « Le fait que trois individus non reliés entre eux, et marqués à des dates différentes, aient commencé leur migration le même jour laisse supposer, au moins dans une certaine mesure, la possibilité d’un plan de migration coordonné », concluent Helena Herr et ses collègues. Et cette migration semble les mener au Chili.

Dr. Michael Wenger, PolarJournal

Lien vers l’étude : Herr et al (2022) R Soc Open Sci 9, First evidence for fin whale migration into the Pacific from Antarctic feeding grounds at Elephant Island ; https://doi.org/10.1098/rsos.220721

En savoir plus sur le sujet

Print Friendly, PDF & Email
error: Content is protected !!
Share This