Une étude montre pourquoi l’Arctique russe brûle | Polarjournal
Au cours des trois dernières années, les incendies massifs dans certaines parties de la Sibérie, jusqu’à la côte arctique, ont largement fait la une des journaux. Une étude qui vient d’être publiée montre qu’ils ne sont pas simplement dus à des températures plus chaudes, mais qu’un certain nombre de facteurs ont provoqué et alimenté ces incendies. Image : NASA

Ces dernières années, ceux qui ont suivi l’actualité de l’Arctique sont régulièrement tombés sur des informations concernant des incendies massifs de brousse et de toundra, signalés dans presque toutes les régions de l’Arctique. Les flammes ont brûlé pendant presque tout l’été, en particulier dans une grande partie du centre et de l’est de la Russie, communément appelée la Sibérie. Une étude s’est penchée sur les raisons de ces incendies récurrents depuis de nombreuses années et sur leur ampleur, et a mis en évidence un certain nombre de facteurs.

Un déplacement vers le nord du courant d’altitude polaire (également connu sous le nom de front arctique), associé à une fonte des neiges de plus en plus précoce et à une activité de foudre plus intense et décalée vers le nord, sont les raisons pour lesquelles les incendies ont été si fréquents et si intenses dans les parties est et centrale de la Russie, au cours des cinq dernières années. C’est le résultat de l’étude menée par la doctorante Rebecca Scholten et le professeur Sander Veraverberke de l’Université libre d’Amsterdam, qui, avec d’autres membres de l’équipe, ont étudié les causes et les facteurs des incendies. Le travail a été publié dans la revue Science.

Certes, la plupart des incendies ont eu lieu dans des régions arborées de la taïga russe. Mais la toundra a également connu des incendies plus fréquents et plus violents ces dernières années. Cela libère des gaz à effet de serre qui, à leur tour, modifient le climat dans le sens d’une augmentation des incendies. Image : Michael Wenger

L’équipe de recherche a étudié les incendies dans la partie orientale de la Russie entre 2001 et 2021. Selon les résultats, les feux qui ont frappé la région ces dernières années étaient les plus violents et représentaient environ 41 pourcent de la surface totale brûlée au cours des 20 années. Ils étaient généralement poussés par le jet-stream polaire qui se déplaçait vers le nord et qui était responsable de températures et de sécheresses supérieures à la moyenne dans ces régions. Celles-ci sont apparues parce que les masses d’air ne s’étaient pas déplacées correctement en raison du décalage du flux d’air, et que la neige encore présente en Sibérie a fondu plus rapidement et plus tôt. Ainsi, le sol en dessous était exposé plus longtemps aux rayons du soleil et plus vulnérable au feu. Les incendies, dont certains étaient d’origine naturelle, comme la foudre, et d’autres d’origine humaine, n’avaient pas seulement été dévastateurs pour la flore de la région, mais avaient également libéré de grandes quantités de gaz à effet de serre stockés dans le sol. En outre, ils ont également affecté le permafrost, qui reste dégelé à long terme et ne sert plus de puits de CO2, mais devient une source de gaz à effet de serre par des processus de dégradation.

Les plantes ne sont pas les seules à souffrir des incendies. Chassés par les feux, les animaux migrent eux aussi plus au nord et se heurtent aux habitants de l’Arctique, pour lesquels ils représentent une concurrence en termes de nourriture et d’espace. Images : Annina Egli

D’autres études ont également montré que les incendies n’ont pas seulement un impact important sur la flore et les quelques personnes qui vivent dans la région. La faune est également menacée par le nombre croissant d’incendies. En effet, ce sont les espèces grandes et mobiles comme les ours, les rennes ou les loups qui fuient les incendies vers le nord (également favorisés par le réchauffement de ces régions) et rencontrent ainsi des espèces animales arctiques. Cela favorise la concurrence pour la nourriture et l’espace tout en constituant un facteur de stress supplémentaire pour ces animaux malmenés par le réchauffement.

Dans l’ensemble, les chercheurs pensent qu’à l’avenir, la région sera encore plus souvent exposée à des incendies de grande ampleur.

Dr. Michael Wenger, PolarJournal

Lien vers l’étude : Scholten et al (2022) Science 378 (6623) Early snowmelt and polar jet dynamics co-influence recent extreme Siberian fire seasons ; DOI : 10.1126/science.abn4419

En savoir plus sur le sujet

Print Friendly, PDF & Email
error: Content is protected !!
Share This