Des nématodes antarctiques pour détecter la pollution au diesel | Polarjournal
Le nématode Plectus murrayi (flèche bleue) est un habitant du sol antarctique qui ne mesure que quelques millimètres. Bien que sa structure soit simple, il présente un cycle de vie complexe tout en étant un bioindicateur qui pourrait permettre de détecter la pollution par le diesel en Antarctique. Image : AAD / Brown et al (2023)

A première vue, l’Antarctique ne semble être qu’un hostile désert de glace. Mais si l’on y regarde de plus près avec des yeux de chercheur, on y trouve un nombre étonnamment élevé d’organismes microscopiques, en particulier dans le sol. Ces organismes se sont parfaitement adaptés à ces conditions extrêmes au cours de millions d’années. Parmi eux, un petit nématode qui, ces dernières années, est devenu de plus en plus central dans la recherche. Parce qu’il pourrait être un petit détective de l’environnement.

Le ver nématode Plectus murrayi, très discret, a été utilisé dans une nouvelle étude par trois chercheuses australiennes, les Dr Kathryn Brown, Jane Wasley et Catherine King, pour déceler une éventuelle pollution des sols par le diesel. « Avant cette étude, les estimations portant sur la sensibilité au carburant des espèces terrestres en Antarctique se limitaient à trois espèces de mousses, une algue et aux processus microbiens du sol », explique le Dr Brown. Pour ce faire, l’équipe a dû déterminer, dans le cadre de ce travail inédit, comment ce carburant très répandu se comportait au fil du temps et si les nématodes y réagissaient et comment. Les résultats montrent que, certes, le diesel se dégrade en différents produits au fil du temps et que sa toxicité diminue également. Mais, tout au moins, les jeunes nématodes ont continué à réagir, montrant ainsi que malgré des processus de dégradation portant sur quelques semaines, les conséquences d’une éventuelle pollution peuvent encore se faire sentir longtemps. « Avant cette étude, les estimations de la sensibilité au carburant des espèces terrestres en Antarctique se limitaient à trois espèces de mousses, une algue et des processus microbiens du sol », explique le Dr Brown, premier auteur de l’article.

L’équipe, qui travaille à la Division antarctique australienne, avait mélangé des échantillons de sol de l’Antarctique avec du diesel et les avait ensuite fait « vieillir » pendant 45 semaines à la température moyenne du sol en été, soit 3°C. L’équipe a pu constater que la température moyenne du sol en Antarctique était de 2°C. Il s’est avéré qu’en raison de la dégradation microbienne du diesel, seuls 16% des hydrocarbures étaient encore présents dans les échantillons après 45 semaines. En lavant les échantillons et en analysant les solutions aqueuses (éluats), l’équipe a montré que le diesel s’était divisé en différentes parties polaires et en hydrocarbures. Ces éluats ont ensuite été testés quant à leur toxicité sur de jeunes nématodes et les résultats ont été surprenants : certes, la toxicité des échantillons a diminué d’environ 50 pour cent en l’espace de six semaines. Mais, même après les 45 semaines, des nématodes sont morts à cause des polluants. Cela montre que les risques liés à une éventuelle pollution par du carburant dans les sols de l’Antarctique demeurent, même à long terme.

Quelles que soient les précautions prises en Antarctique par les opérateurs de stations et d’activités, le risque de pollution par le carburant ne peut jamais être totalement réduit. C’est pourquoi les exigences environnementales font régulièrement l’objet d’un examen critique. Mais un facteur important doit venir de la toxicologie environnementale qui doit développer de nouvelles méthodes de test plus spécifiques. « Cette étude montre la nécessité de tests de toxicité conçus et appliqués spécifiquement aux espèces antarctiques », a déclaré le Dr Brown. « Nous devons également comprendre la dégradation chimique qui se produit dans des conditions froides et son influence sur la toxicité ». En effet, de tels processus ne se déroulent pas de la même manière qu’à d’autres endroits, en raison des conditions extrêmes qui régnant en Antarctique. Et des organismes comme Plectus murrayi, pourtant très résistants, ont beaucoup de mal à s’adapter à de tels nouveaux dangers. « Étant donné que ces habitats limités sans glace sont tellement importants, à la fois pour la biodiversité de l’Antarctique et pour la colonisation humaine, nous devrions être particulièrement attentifs à leur protection », conclut le Dr Brown.

Dr. Michael Wenger, PolarJournal

Lien vers l’étude : Brown et al. (2023) Ecotox Environ Saf 249 (1) Assessing risks from fuel contamination in Antarctica : Dynamics of diesel ageing in soil and toxicity to an endemic nematode ; doi.org/10.1016/j.ecoenv.2022.114345

En savoir plus sur le sujet

Print Friendly, PDF & Email
error: Content is protected !!
Share This