Des pétroliers vers la Chine via le passage du Nord-Est | Polarjournal
Les brise-glaces nucléaires russes Yamal, Arktika et 50 Let Pobedy sont prêts à escorter des pétroliers par la voie maritime du nord. Image : Rosatom

Les sanctions ont interdit l’importation de pétrole russe de l’Arctique vers l’espace de l’UE. Depuis l’entrée en vigueur des sanctions en décembre 2022, la Russie a redirigé sa production de pétrole brut des trois projets arctiques Prirazlomnoye, Novy Port et Varandey vers des acheteurs en Asie via le canal de Suez. Cela signifie un trajet long et coûteux vers les clients et un surcroît de travail en conséquence. Rosatom a alors proposé aux compagnies pétrolières de détourner une partie du fret le long de la route de la mer du Nord (NSR). Le pétrole doit être transporté sur des pétroliers conventionnels, sans classe de glace, sous escorte de brise-glace.

Le brise-glace nucléaire Tajmyr en mission de travail dans le passage du Nord-Est. Image : Rosatom

Cependant, la longueur de la route, comparée à la distance de transport relativement courte vers l’Europe occidentale, remet en question la rentabilité des projets. La route de la mer du Nord constitue une alternative. Selon les calculs de Rosatom, jusqu’à 500 000 tonnes de pétrole brut pourraient être transportées le long de la NSR vers l’Asie à la fin de l’été et au début de l’automne, lorsque l’extension de la glace est la plus faible.

Le représentant de Rosatom au Conseil de la Fédération en a parlé lors de la table ronde « Potentiels de transport de la route maritime du Nord ». Les discussions ont porté sur les champs « Varandey » (Lukoil) et « Prirazlomnoye » (Gazprom Neft), qui se trouvent en dehors de la NSR. Pour le premier champ, la base de fret est estimée à 5,9 millions de tonnes, pour le second à 3,6 millions de tonnes.

« Auparavant, nos trajets allaient vers l’ouest, mais nous avons maintenant entamé des négociations préliminaires sur la direction d’une partie de ces flux de fret vers l’est. Nous nous concentrons bien sûr sur la période de navigation et l’utilisation de pétroliers. Malheureusement, nous ne disposons pas encore d’un grand nombre de pétroliers de classe glace, c’est pourquoi nous proposons à nos collègues d’utiliser des pétroliers conventionnels avec une sécurité garantie en utilisant nos brise-glaces pour la navigation été-automne », explique le chef du bureau de projet de Rosatom pour le développement de l’Arctique Sergey Chemko dans l’agence d’analyse PortNews.

Le voyage par la voie maritime du nord du Vasily Dinkov était seulement la deuxième fois que du pétrole brut était expédié à travers l’Arctique en direction de l’est jusqu’en Asie. Le pétrolier, protégé par sa classe de glace Arc6, a navigué entre les environs de Mourmansk et Rizhao (Chine) en octobre et novembre 2022. Image : DR

La Russie a acheté des pétroliers d’occasion

Avant les sanctions occidentales, le pétrole brut russe était en grande partie transporté par des pétroliers appartenant à des compagnies maritimes occidentales. Or, ces derniers, ainsi que leurs assurances, doivent craindre des sanctions si du pétrole russe est transporté.

Les projets de la Russie visant à augmenter le flux de pétrole brut arctique vers l’Asie sont une conséquence directe des sanctions occidentales, confirment les experts. La Russie a récemment acheté plus de 100 pétroliers afin de contourner les sanctions occidentales. Ces achats indiquent également d’autres activités à venir sur la route de la mer du Nord.

Selon le rapport, les experts parlent d’une flotte fantôme que la Russie se serait constituée. Mais la sécurité est également une source d’inquiétude. On pense qu’une partie de la flotte est composée de navires de plus de 15 ans, l’âge auquel les grandes compagnies pétrolières les retirent normalement pour cause d’usure.

De plus, les pétroliers d’occasion n’ont pas de classe de glace et sont souvent de qualité moyenne. On peut également douter que les pétroliers respectent le code polaire.

Il est à craindre que tous ces vieux navires n’aient probablement pas été entretenus comme ils auraient dû l’être. La probabilité d’une fuite ou d’un accident majeur augmente de jour en jour avec la croissance de la flotte.

Heiner Kubny, PolarJournal

Print Friendly, PDF & Email
error: Content is protected !!
Share This