Le conflit ukrainien pèse sur la recherche arctique | Polarjournal
Le dégel à grande échelle du permafrost dans le cadre du réchauffement global est considéré comme l’un des éléments de basculement les plus importants dans le changement climatique. (Photo : Andrian Kolotilin )

L’Arctique se réchauffe plus rapidement que n’importe où ailleurs dans le monde. Cela en fait l’un des domaines de recherche les plus importants pour les scientifiques. La vitesse de ce réchauffement est sans précédent et on considère aujourd’hui qu’il est jusqu’à quatre fois plus rapide que partout ailleurs dans le monde. Et la moitié de cette zone de réchauffement se trouve sur le territoire russe. Cependant, lorsque la Russie a envahi l’Ukraine, la communauté internationale des scientifiques a perdu l’accès à la vaste partie de la région polaire russe.

En raison des actions russes en Ukraine, les efforts internationaux de recherche sur l’Arctique dans le nord de la Russie, en particulier la recherche sur le pergélisol, ont été interrompus presque immédiatement. Ces recherches portaient sur des sujets allant des ours polaires au pergélisol et nombre d’entre elles avaient été déclarées auparavant comme un modèle de collaboration internationale. Entre-temps, tous les projets d’envergure impliquant des fonds ou des équipements destinés à la Russie ont été complètement interrompus. Cela vaut également pour les échanges de données.

Le delta de la Lena, où se trouve la station de recherche de l’île de Samoilov, joue un rôle clé dans la compréhension des processus du pergélisol de l’Arctique sibérien. (Photo : Anne Morgenstern )

Recherche germano-russe dans le delta de la Lena

Depuis 1996, l’île de Samoilov, dans l’extrême nord de la Russie, fait partie de la réserve du delta de la Léna, la plus grande réserve naturelle de Russie avec une superficie de plus de 60 527 kilomètres carrés. En 1998, une ancienne maison en bois de l’administration de la réserve a été déclarée station de recherche sur l’île. Depuis, la station est utilisée conjointement par l’Institut Alfred Wegener et des partenaires russes pour la recherche sur le pergélisol. En 2005, le bâtiment a été agrandi et un nouveau bâtiment moderne a été inauguré en 2013.

L’île de Samoilov était autrefois un important site de recherche sur le pergélisol. Le sol est gelé en permanence jusqu’à une profondeur de 500 à 600 m. Ce n’est qu’en été qu’une couche de 30 à 45 cm d’épaisseur dégèle à la surface, ce qui est idéal pour étudier les effets du réchauffement climatique sur le pergélisol.

En 2010, Vladimir Poutine, alors Premier ministre russe, a visité la station de recherche de Samoylov. (Photo : Thomas Opel / AWI )

La station était considérée comme un modèle de coopération internationale. En 2010, l’actuel président russe Vladimir Poutine, alors Premier ministre, a visité la station de recherche isolée dans le delta de la Lena. M. Poutine a exprimé son point de vue à un groupe de scientifiques en déclarant : « Je vois ici un bon exemple de coopération internationale. » Cela ressemble presque à une moquerie aujourd’hui !

Le professeur Guido Grosse, responsable de la recherche sur le pergélisol à l’institut allemand Alfred-Wegener, et son équipe ont toujours eu le sentiment que les choses pourraient devenir difficiles avec la Russie. Mais « personne ne s’attendait à ce que ce soit aussi dramatique », déclare aujourd’hui le scientifique. Pendant ce temps, la communauté internationale des chercheurs manque de données en raison d’un blocage complet du flux de données, ce qui la prive d’informations sur l’évolution de la partie russe de l’Arctique.

Eric Regehr examine un ours polaire anesthésié. Photo : Polar Science Center

Recherche sur les ours polaires sur l’île Wrangel

Un autre exemple est celui du biologiste Eric Regher et de ses collègues de l’U.S. Fish and Wildlife Service qui ont commencé à mener des recherches sur les ours polaires dans la partie américaine de la mer des Tchouktches en 2008. Comme cette mer couvre également une grande partie de la Russie, l’équipe a étendu la zone de recherche à l’île Wrangel, très éloignée de la Russie.

Dès 2000, la Fédération de Russie avait signé un accord avec les États-Unis pour protéger la population d’ours polaires dans cette région. Grâce à la coopération, les scientifiques russes et américains ont finalement pu confirmer en 2016 que la population de 3 000 animaux semblait se porter bien, malgré le déclin rapide de la glace de mer et de la chasse.

Et après l’arrêt forcé de toutes les activités de recherche en raison de la pandémie, Regehr était impatient de revenir mener des recherches à Wrangel. Mais l’invasion de l’Ukraine par la Russie a complètement changé ses plans. Presque du jour au lendemain, tous les efforts de coopération internationale avec la Russie dans l’Arctique ont été suspendus.

Eric Regehr déclare : « Une grande partie de ce que nous devons savoir sur ces impacts est perdue. Il est difficile d’imaginer comment nous pourrions relancer la science sans le financement gouvernemental et non gouvernemental pour nous et les Russes, et sans être sur le terrain pour collaborer avec leurs scientifiques. »

En été, des espèces d’oiseaux telles que le bécasseau maubèche (photo) habitent le paysage aride de la toundra arctique, tandis qu’en hiver, ils migrent vers le sud, vers les zones côtières où se trouvent des plaines boueuses ou des plages sablonneuses. Les oiseaux passent l’été dans les zones arctiques et de toundra du Canada, de la Russie et de l’Europe. Photo : B.N. Singh

Les chercheurs néerlandais sont également concernés

La collaboration avec les équipes de recherche américaines n’est pas la seule à être affectée. Jan van Gils, écologiste à l’Institut royal néerlandais de recherche marine, a également dû renoncer à retourner dans la péninsule de Taymyr, en Sibérie, où il étudie la situation du bécasseau maubèche (Calidris canutus). Cet oiseau de rivage parcourt de grandes distances au cours de ses migrations. À l’automne, il quitte la Sibérie pour aller hiverner en Mauritanie, en Afrique du Nord, à 9 000 kilomètres de là. En collaboration avec des chercheurs russes, M. van Gils a constaté que la taille des bécasseaux maubèches diminuait. Ce phénomène est dû à un changement de régime alimentaire, le changement climatique modifiant la période d’émergence des insectes dans la toundra. M. Van Gils avait prévu de rassembler des preuves afin de clarifier les périodes de migration et l’existence d’un lien avec le régime alimentaire hivernal des oiseaux en Afrique. Cependant, l’agence de financement des sciences du gouvernement néerlandais lui a demandé de cesser toute collaboration avec les scientifiques russes. Il est impossible de prédire à l’heure actuelle combien de temps durera cette situation.

Heiner Kubny, PolarJournal

En savoir plus sur le sujet

Print Friendly, PDF & Email
error: Content is protected !!
Share This