Projet Ocean Warrior : un nouveau type de recherche climatique dans l’Arctique | Polarjournal
La goélette en bois Linden est la plate-forme des expéditions Ocean Warrior dans l’Arctique – propulsée uniquement par le vent, une manière extrêmement durable de faire de la recherche. Photo : Ocean Warrior

La première des deux « Foundation Expeditions » du projet Ocean Warrior a débuté vendredi dernier à Longyearbyen, Svalbard. Elles doivent être le point de départ d’une décennie de recherche scientifique sur le climat dans des zones isolées des régions polaires.

Le projet Ocean Warrior a été lancé par le célèbre explorateur polaire britannique Jim McNeill. Outre des scientifiques, des citoyens-scientifiques collecteront des données importantes sur le changement climatique à bord de la plus grande goélette en bois d’Europe, dans des régions rarement étudiées.

Linden est parti vendredi dernier de Longyearbyen pour la première de deux « Foundation Expeditions » de dix jours dans l’océan Arctique. Ces deux expéditions ont pour but de préparer le premier voyage de recherche d’une expédition qui débutera l’année prochaine et se répétera chaque année pendant une décennie.

L’objectif de Foundation Expeditions est, comme son nom l’indique, de poser la première pierre des dix prochaines années d’exploration des océans, nous explique Jim McNeill. Il installera et testera des instruments scientifiques et techniques à bord avec son équipe de 18 membres d’équipage, scientifiques, naturalistes, journalistes, réalisateurs et personnes « ordinaires ».

« Scientifiquement parlant, nous avons quelques instruments avec lesquels nous allons ‘jouer’, mais je ne m’attends pas à ce que nous collections beaucoup de données, si tant est que nous en collections », a déclaré McNeill à PolarJournal. Il s’agit d’équipements tels que des stations météorologiques, une FerryBox (une boîte d’instruments automatisée pour les « navires d’opportunité » tels que les ferries, les cargos, etc.), une sonde CTD (pour mesurer la salinité, la température et la profondeur) ainsi que des instruments pour la communication et la sécurité.

« Je suis quelqu’un qui fait ses devoirs dans les moindres détails, donc l’accent est mis sur l’évaluation de ce que nous pouvons réaliser, de ce qui est réalisable et de la contribution la plus importante que nous pouvons apporter ».

En effectuant des mesures scientifiques dans l’océan Arctique au cours des dix prochaines années, le projet Ocean Warrior entend contribuer à mesurer, évaluer, surveiller et, en fin de compte, mieux comprendre les changements causés par le changement climatique et d’autres facteurs. À partir de 2024, Jim McNeill prévoit de parcourir 10 000 miles nautiques chaque année entre juin et octobre avec ses différentes équipes afin de collecter des données sur la qualité de l’eau, la salinité, le pH, le plancton, l’ADNe (ADN environnemental) et d’autres paramètres. Les données recueillies par satellite pourront ainsi être vérifiées.

Cela aidera les scientifiques à se faire une idée plus précise de l’impact du changement climatique sur les écosystèmes marins et de la manière dont l’Arctique, avec la faune et la flore qui y vivent, évoluera à l’avenir.

L’expédition, divisée en huit étapes de navigation, emmènera chaque année « 144 personnes ordinaires dans un voyage extraordinaire du Svalbard, en Norvège, à Resolute Bay, au Canada – via le Royaume-Uni, l’Islande et le Groenland », peut-on lire sur le site web du projet. Les participants seront formés à la navigation et contribueront activement à la recherche sur le climat après avoir été initiés. La particularité est que chaque année, il y aura dix places entièrement subventionnées pour les personnes qui n’ont pas la possibilité de financer elles-mêmes leur participation.

En tant que partenaire scientifique, McNeill a pu s’assurer la collaboration du Plymouth Marine Laboratory, une entreprise leader mondial dans le domaine de la recherche marine. Les autres partenaires sont Valeport, qui développe et fabrique des instruments océanographiques et hydrographiques, Mole Energy, Dartmoor Brewery et Henri Lloyd.

Ocean Warrior fait partie du projet Global Warrior, que Jim McNeill a commencé il y a 22 ans sous le nom de Ice Warrior et qu’il étend désormais à la planète entière. Les projets Desert Warrior, Mountain Warrior et Jungle Warrior devraient suivre dans les années à venir. Si le soutien d’Ocean Warrior se maintient, McNeill envisage d’étendre le projet à l’Antarctique.

Jim McNeill a dirigé de nombreuses expéditions et forme depuis 22 ans des explorateurs polaires modernes. Photo : Ocean Warrior

Scientifique environnemental à l’origine, Jim McNeill a fait carrière dans l’armée, le commerce, les pompiers et la royauté avant de se consacrer à sa passion pour l’exploration polaire. Vétéran de plus de 38 ans de recherche et d’expéditions polaires, Jim McNeill a notamment dirigé des expéditions en Antarctique, dans le Haut-Arctique canadien, au Spitzberg et sur l’île de Baffin.

Outre la direction d’expéditions et la formation de futurs explorateurs, Jim est un expert en sécurité extrême et a participé à certains des documentaires sur la nature les plus prestigieux et les plus primés de la BBC, notamment Frozen Planet et Human Planet, pour lesquels il a travaillé avec des personnalités telles que Sir David Attenborough. Jim a également été consultant pour de nombreuses expéditions, dont beaucoup de celles de Sir Ranulph Fiennes.

Julia Hager, PolarJournal

Liens vers les projets :

https://www.warrior-ocean.com/

https://www.global-warrior.com/

Plus d’informations sur ce sujet

Print Friendly, PDF & Email
error: Content is protected !!
Share This