Grâce au Groenland, le Parlement danois reconsidère sa politique linguistique | Polarjournal
A l’avenir, les discours qui résonneront dans la salle du Parlement danois ne seront plus seulement en danois, mais aussi en groenlandais et en féroïen. Image : Heye, Wikicommons CC BY-SA 3.0

Le Groenland suit sa propre voie, et pas seulement chez lui en raison de ses droits à l’autonomie. Entre-temps, le pays s’est affirmé de plus en plus au niveau national (et international) et se considère depuis longtemps comme l’égal de la mère patrie danoise. Et bien qu’il ne soit représenté que par deux personnes au Parlement danois, le Groenland a réussi à y opérer un changement historique.

À l’avenir, les discours au Folketing, le parlement danois, ne seront plus uniquement prononcés en danois. Au contraire, les deux députés du Groenland et des îles Féroé pourront désormais prononcer leurs discours dans leur langue maternelle, puis à nouveau en danois. C’est ce qu’a décidé le Bureau du Parlement danois après des mois de discussion. Les rapports annuels et les discours d’ouverture de la Première ministre Mette Frederiksen (et de tous ses successeurs) seront également disponibles dans les trois langues à l’avenir.

L’importance de la décision peut tout à fait être qualifiée d’historique. En effet, depuis 1849, date de la première session, le danois était la langue officielle dans les salles du château de Christiansborg et tous les 179 députés, dont 175 sont danois et 2 originaires du Groenland et des îles Féroé, devaient s’y conformer.

Tous les députés ? Pas tout à fait, car le 12 mai dernier, la députée groenlandaise Aki-Matilda Høegh-Dam était au pupitre de rendu du Folketing et a livré son discours en groenlandais, y compris devant la Première ministre Mette Frederiksen, présente à cette occasion. Et c’est également en groenlandais que la jeune femme politique de 27 ans a répondu aux questions de ses collègues danois. « En tant que Groenlandais, nous avons regardé avec soumission pendant de nombreuses années les Danois décider et rédiger des lois pour nous depuis le Folketing et dans leur langue, que les Groenlandais ne peuvent pas comprendre », a-t-elle expliqué ses motivations dans une interview.

Leur intention était claire : un pays qui se considère comme une fédération de trois partenaires égaux, parlant chacun leur propre langue, doit faire en sorte que cette diversité linguistique se reflète également au parlement. Sinon, il n’y aurait pas d’égalité entre les pays partenaires. Mais avec sa revendication, Høegh-Dam a mis le doigt dans un nid de guêpes. Ses déclarations et ses exigences ont suscité de nombreuses critiques, notamment de la part des forces conservatrices. Il a été question de saper la démocratie danoise et d’ignorer le Parlement.

Le Danemark mise en fait clairement sur l’égalité des droits pour le Groenland et les îles Féroé (sur la photo, les trois chefs de gouvernement Mette Frederiksen, Múte B. Egede, Aksel Johannesen). Malgré cela, le Groenland en particulier se sent toujours fortement mis sous tutelle et des voix s’élèvent régulièrement pour réclamer une indépendance totale. Image : Gouvernement du Groenland

Heureusement, la majorité du Folketing ne partageait pas ce point de vue. Mais il n’était pas évident de savoir comment la demande pourrait même être mise en œuvre, de sorte que tous les députés comprennent ce qui a été dit le plus rapidement possible. « La majorité du Bureau souhaite aller dans le sens des députés élus au Groenland et aux îles Féroé en trouvant une solution à la question linguistique qui puisse fonctionner dans la pratique », a expliqué Søren Gade, le porte-parole du Parlement. Après des mois de discussions et de réflexion, une solution a été trouvée : Les députés groenlandais et féringiens bénéficieront d’un double temps de parole pour prononcer leurs discours dans leur langue maternelle puis en danois. En outre, des transcriptions de tous les discours importants seront également disponibles en groenlandais et en féroïen à l’avenir. Globalement, on est sûr que cette solution fonctionnera à l’avenir. Car le Danemark n’est pas le seul pays à avoir une population et des députés multilingues. En Suisse, par exemple, il existe quatre langues nationales officielles sur un pied d’égalité et, au Parlement, les députés peuvent prononcer leurs discours dans n’importe quelle langue.

Mais ce qui est tout aussi important dans cette discussion que la décision elle-même, c’est le fait que l’ancienne colonie du Groenland devient de plus en plus adulte et qu’elle est désormais vraiment sur un pied d’égalité avec la mère patrie danoise et que cette dernière ne s’y oppose pas. La question est de savoir si cette hauteur de vue va encore augmenter et si le Groenland va alors quitter son nid natal.

Dr. Michael Wenger, PolarJournal

En savoir plus sur le sujet

Print Friendly, PDF & Email
error: Content is protected !!
Share This