Un pétrolier sans certification glace dans le passage du Nord-Est suscite des critiques | Polarjournal
Le vraquier « Gingo » a été construit en 2000 et bat pavillon libérien. (Photo : Harvey Wilson)

En raison des sanctions occidentales, la Russie s’est davantage concentrée sur les livraisons aux clients asiatiques. Le transport de la mer de Barents au port de Rizhao en Chine via le passage du Nord-Est prend 35 jours, soit 10 jours de moins que l’itinéraire alternatif du Sud via le canal de Suez. Le potentiel d’économies de temps et de carburant est considérable. Bien que les compagnies maritimes russes possèdent de nombreux pétroliers de classe glace, ceux-ci ne suffisent pas à assurer toutes les exportations vers l’Extrême-Orient via le passage du Nord-Est.

Selon les médias russes, le vraquier « Gingo » a été le premier navire sans certification glace à traverser le passage du Nord-Est depuis Mourmansk, pour transporter 164 600 tonnes de concentré de minerai de fer vers la Chine. Indépendamment de cela, le pétrolier Aframax « Leonid Loza » a également traversé le passage du Nord-Est sans certification glace, une autre première.

Le pétrolier « Leonid Loza » n’a pas de certification glace et bat pavillon libérien. Le navire a été construit en 2011. (Photo : Hannes van Rijn)

Il semble que les autorités russes soient prêtes à compromettre la sécurité en autorisant l’utilisation de navires sans certification glace pour traverser l’océan Arctique. Selon les experts de Poten & Partners, une société de courtage pétrolier basée à New York, la Russie risque une catastrophe environnementale si elle utilise des navires sans certification glace sur son passage du nord-est, de plus en plus fréquenté.

Les conditions météorologiques peuvent changer rapidement. En novembre 2021, une vague de froid précoce a entraîné le blocage de plus de 20 navires dans les eaux arctiques, le long de la route maritime.

En juin dernier, le Premier ministre russe Mikhail Michustin a déclaré qu’environ 21 milliards de dollars américains seraient investis dans le développement du passage du Nord-Est au cours des 13 prochaines années. Cet investissement comprendrait la construction de 50 brise-glaces et navires avec certification glace, la construction de ports et la création d’une constellation de satellites orbitaux. Tout cela se situe loin dans le futur, alors que les défenseurs de l’environnement s’inquiètent des risques encourus dans les mois à venir.

Sian Prior, conseillère principale de la Clean Arctic Alliance, est préoccupée par ce qui se passe dans l’Arctique. (Photo : CAA)

« L’expansion rapide du trafic maritime arctique utilisant des combustibles fossiles, et l’ouverture des routes arctiques à la navigation toute l’année pour le transport de combustibles fossiles, augmentent le risque de fuites de carburant et de déversements, accroissent la pollution sonore sous-marine et détruisent les écosystèmes de glace et les habitats d’espèces dépendantes de la glace, comme les phoques et les ours polaires. Il représente également une menace importante pour la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance des communautés autochtones, dont la survie et la subsistance dépendent de leur relation complexe avec un environnement arctique sain », a déclaré le mois dernier Sian Prior, conseillère principale de la Clean Arctic Alliance, à Splash.

Heiner Kubny, PolarJournal

Print Friendly, PDF & Email
error: Content is protected !!
Share This