Twin Otter – une aide fiable en Antarctique | Polarjournal
Un Twin Otter de Kenn Borek Air au pôle Sud. (Photo : Zane Ziebell, USAP/NSF, CC BY-SA 4.0)

Le Twin Otter est un avion extrêmement polyvalent capable d’opérer dans les conditions les plus difficiles. Dans les années 1960, l’avionneur canadien de Havilland Canada a conçu le DHC-6, son nom officiel, comme un avion polyvalent très robuste, avec pour objectif de le construire comme une sorte de transporteur de banlieue avec un maximum de 20 places. Avec sa capacité à atterrir et à décoller même sur les pistes les plus courtes (STOL), il devait pouvoir être exploité en particulier à partir de petits aérodromes.

Grâce à sa conception avec une aile haute et un train d’atterrissage à trois roues, il est possible d’équiper le Twin Otter de roues, de skis ou de flotteurs, ce qui en fait l’avion polyvalent idéal pour les endroits difficiles d’accès. L’avion est optimisé pour des pistes très courtes et ne nécessite qu’une longueur de piste de 370 mètres.

Après 20 ans d’interruption de la production, les avions Twin Otter seront à nouveau fabriqués par Viking Air à partir de 2007. (Photo : Viking Air)

Twin Otter – un avion à l’histoire mouvementée

Le Twin Otter a décollé du sol pour la première fois le 20 mai 1965. Après 23 ans, la production de la série 300 de l’époque a pris fin. Au total, 844 appareils avaient été construits. En février 2006, Viking Air a acquis les certificats de type de Bombardier Aéronautique pour tous les avions de Havilland Canada qui avaient été retirés de la production – à cette époque, il y avait encore 575 Twin Otter en service. Viking Air a modernisé les Twin Otter et a commencé la production de la nouvelle version DHC-6-400 en décembre 2007, après une interruption de 20 ans.

Le 1er octobre 2008, le premier vol de la nouvelle version du Twin Otter DHC-6 a eu lieu à Victoria, au Canada. Après la certification officielle, les trois premiers appareils ont été livrés au premier semestre 2011 à la compagnie suisse Zimex Aviation, à Air Seychelles et à Trans Maldivian Airways. En juillet 2022, 146 DHC-6-400 avaient été construits.

Charge utile du SPIDER au dôme Hercules avec le Twin Otter CKB en arrière-plan. Le SPIDER a été conçu pour cartographier le fond cosmique micro-ondes sur environ 10 % du ciel et rechercher les ondes gravitationnelles des premiers temps de l’univers. (Photo : Luke Haberkern, USAP / NSF, CC BY-SA 4.0)

Grâce à sa configuration, le Twin Otter est également adapté aux missions générales en Antarctique. Ses caractéristiques en termes de charge utile et d’autonomie en font un avion parfaitement adapté aux grandes distances, entre les stations antarctiques et les sites de recherche sur le terrain. Le Twin Otter est en outre le seul type d’avion au monde à pouvoir être utilisé à des températures de -60 °C (-76 °F).

Pour l’exploitation et la maintenance, un Twin Otter nécessite deux pilotes et un ingénieur. La plupart des avions sont affrétés par la compagnie canadienne Kenn Borek Air, mais plusieurs nations scientifiques exploitent leurs propres Twin Otter.

Les Twin Otter jouent un rôle important dans les opérations en Antarctique et il est difficile de s’en passer. Ils sont utilisés pour le transport de personnes, de carburant, de skidoos, de traîneaux, de nourriture et d’équipement scientifique vers des endroits isolés, et sont également parfaitement adaptés pour établir des dépôts et des stocks de carburant pour les groupes de recherche sur le terrain. Le bimoteur n’a pas besoin de piste d’atterrissage – il peut se poser avec des skis même sur des surfaces enneigées non préparées. Selon les projets, les avions sont généralement utilisés en Antarctique d’octobre à mars.

Sauvetage au pôle Sud

Une opération de sauvetage spectaculaire au cœur de l’hiver austral 2016 est alors entrée dans l’histoire. Un Twin Otter a réussi à évacuer deux employés de la base Amundsen-Scott au pôle Sud qui avaient besoin de soins médicaux urgents.

Selon la National Science Foundation, en juin 2016, deux Twin Otter ont décollé de Calgary, au Canada, pour se rendre à Punta Arenas, au Chili, d’où ils se sont d’abord rendus à la station britannique de Rothera, dans la péninsule Antarctique. Dès que les conditions météorologiques l’ont permis, l’un des deux avions a décollé en direction du pôle Sud afin d’évacuer les patients. Le second avion est resté à Rothera par sécurité pour une éventuelle mission de recherche et de sauvetage.

Le vol risqué vers le pôle Sud et retour – 2’400 kilomètres et dix heures par direction en plein hiver par -67°C et dans l’obscurité totale – a été couronné de succès et le Twin Otter est retourné à Rothera le 22 juin 2016 depuis la station Amundsen-Scott avec les patients à bord.

Après un temps de repos pour les trois membres de l’équipage de l’avion et un membre de l’équipe médicale, les deux patients ont poursuivi leur vol vers Punta Arenas, où ils ont atteint un hôpital en toute sécurité le 23 juin.

Pour cette opération de sauvetage, les deux Twin Otter ont volé de Calgary au Canada jusqu’au pôle Sud, avec des escales à Denver (États-Unis), Guayaquil (Équateur), Punta Arenas (Chili) et Rothera (péninsule Antarctique).

Jusqu’à présent, un tel sauvetage en plein hiver n’a été effectué qu’à deux reprises, une fois en 2001, lorsque le seul médecin de la station a été diagnostiqué avec une maladie du pancréas potentiellement mortelle. Et une autre fois en 2003. Les deux transports aériens ont été couronnés de succès. Auparavant, en 1999, la médecin de station Jerri Nielsen, qui s’était diagnostiquée un cancer du sein après une biopsie improvisée et s’était soignée elle-même, avait également été évacuée par avion. Cela s’est toutefois produit au printemps, lorsque les conditions étaient un peu meilleures.

Parfois, il y a eu des pannes. Le 20 janvier 2016, un Twin Otter de Kenn Borek Air s’apprêtait à effectuer le long voyage de retour du pôle Sud vers Calgary via Rothera et Punta Arenas. L’avion, lourdement chargé en carburant, y compris le réservoir supplémentaire du fuselage, a dépassé la piste de décollage et est resté bloqué dans la neige. (Photo : Jeremy McGinty via Southpole.com)

Incident grave dans l’est de l’Antarctique

Un grave accident s’est produit le 23 janvier 2013. A 5h23, un Twin Otter de la compagnie Kenn Borek Air a décollé de la station Amundsen-Scott au pôle Sud pour un vol effectué selon les règles de vol à vue vers la station italienne Mario Zucchelli, dans la baie de Terra Nova. Un équipage de trois personnes se trouvait à bord.

L’avion n’a pas pu effectuer son dernier contrôle radio prévu à 08h27 et le vol a été jugé en retard. Un signal de détresse a été reçu à 08h56 depuis le Mont Elizabeth (4 480 m d’altitude), situé à mi-chemin, et une opération de recherche et de sauvetage a alors été lancée.

L’équipage a probablement reçu un avertissement de terrain 45 secondes avant l’impact. Une montée a été amorcée, mais la capacité de montée de l’avion n’a pas été suffisante pour éviter le crash. La vidéo de News Direct montre le déroulement de l’accident et les recherches qui s’en sont suivies (Vidéo : Youtube Channel News Direct)

Des conditions météorologiques extrêmes ont compliqué les opérations de recherche et de sauvetage, empêchant l’équipe de recherche et de sauvetage d’atteindre le site du crash en temps voulu. Ce n’est que deux jours plus tard qu’on a découvert sur place que l’avion s’était écrasé au sol et que les membres de l’équipage du Twin Otter C-GKBC n’avaient pas survécu. Des conditions météorologiques défavorables, l’altitude élevée du site de l’accident (3 960 mètres) et l’état de l’avion ont empêché le sauvetage de l’équipage et un examen approfondi de l’avion. Le survol du site de l’accident n’a révélé aucun signe d’incendie sur les quelques parties visibles de l’avion.

Malgré ces accidents, la confiance dans les capacités des Twin Otter reste intacte et il est fort probable que l’on verra encore longtemps ces petits avions robustes dans le ciel de l’Antarctique. Car ils sont effectivement des auxiliaires fiables sur le continent blanc.

Heiner Kubny, PolarJournal

Photo d’illustration : Twin Otter dans les montagnes transantarctiques, Brian Belzalel, USAP/NSF, CC BY-SA 4.0

En savoir plus sur le sujet

Print Friendly, PDF & Email
error: Content is protected !!
Share This