Le Groenland adhère à l’Accord de Paris après des années de crainte quant à sa croissance | Polarjournal
Ce n’est pas un bâtiment qui saute aux yeux quand on se promène dans le centre de Nuuk, mais c’est ici, à Inatsisartut, le parlement du Groenland, que la décision d’adhésion du Groenland à l’Accord de Paris a été prise la semaine dernière. Image : Ole Ellekrog

Le Groenland figure à la fois parmi les pays les plus touchés par le changement climatique et dont l’empreinte carbone par habitant est la plus élevée. Cette situation a placé les responsables politiques devant un dilemme qui a finalement été résolu la semaine dernière.

Un chercheur expose les six raisons qui expliquent pourquoi le Groenland a attendu sept ans avant d’adhérer au traité sur le changement climatique.

« Au nom du Naalakkersuisut [le gouvernement du Groenland, ndlr], j’aimerais dire que c’est un jour de joie », a déclaré Kalistat Lund, ministre de l’agriculture, de l’autosuffisance, de l’énergie et de l’environnement du Groenland, dans un communiqué publié le 14 novembre.

Ce qu’il a célébré, c’est le fait qu’Inatsisartut, le parlement du Groenland, ait voté en faveur de l’adhésion du Groenland à l’Accord de Paris, le traité international visant à réduire les émissions de carbone. Cette décision intervient plus de sept ans après que la plupart des pays du monde, 175 au total, ont signé le traité le 22 avril 2016.

Alors pourquoi a-t-il fallu attendre si longtemps pour que le Groenland devienne signataire, quand on sait que le Groenland et l’Arctique sont plus touchés par le changement climatique que n’importe où ailleurs ? Et pourquoi cela se produit-il enfin maintenant ?

Selon Rasmus Leander Nielsen, professeur adjoint au département des sciences sociales, du journalisme et de l’économie de l’Ilisimatusarfik (l’Université du Groenland), il y a plusieurs raisons à cela. Il a partagé avec PolarJournal six des plus importantes d’entre elles.

  1. Peur d’étouffer la croissance économique

Selon Rasmus Leander Nielsen, la principale raison pour laquelle le gouvernement groenlandais a hésité à adhérer à l’Accord de Paris est la crainte que cela ne nuise aux taux de croissance du pays.

Ces éléments sont d’une grande importance, car le Groenland cherche à réduire sa dépendance à l’égard des subventions du gouvernement danois, appelées « Block Grant », qui représentent plus de la moitié de son budget public.

« Le parti Siumut, qui a été au pouvoir pendant la majeure partie de l’histoire du Groenland, a toujours émis la réserve que l’adhésion à l’Accord de Paris ne devrait pas affecter la croissance. S’ils autorisaient un seul projet minier, cela pourrait ajouter beaucoup d’émissions de CO2, et ils ne voulaient pas prendre ce risque », a déclaré Rasmus Leander Nielsen à PolarJournal.

Siumut est un parti de centre-gauche de tradition sociale-démocrate. À l’exception de six d’entre eux, les premiers ministres ont tous fait partie de Siumut et ce, depuis la formation du premier gouvernement autonome en 1979..

  1. Nouveau parti au pouvoir

Cependant, en avril 2021, Muté B Egede, du parti Inuit Ataqatigiit (IA), un parti de gauche, est devenu premier ministre du Groenland et, en novembre de la même année, lors de la COP26 à Glasgow, il a annoncé que le Groenland rejoindrait l’Accord de Paris, annonce qui a été ratifiée par le parlement la semaine dernière.

« Le changement de gouvernement a eu un impact sur la décision », relève Rasmus Leander Nielsen :

« La croissance économique, mise en balance avec son impact sur l’environnement, a été une ligne de démarcation entre ces deux partis qui remonte aux années 1970, au tout début de la politique groenlandaise. »

  1. Siumut a changé d’avis

Ce n’est toutefois pas la seule explication du changement de politique. Parce que le gouvernement de Mute B Egede est formé d’une coalition avec Siumut. Le changement de politique n’aurait donc pas été possible si les membres du Siumut n’avaient pas eux aussi changé d’avis.

« Les deux parties conviennent que le climat est important, mais pour Siumut en particulier, il était important que la partie économique de l’équation ait également un sens », mentionne Rasmus Leander Nielsen.

« Mais après une enquête approfondie menée par des avocats et l’organe administratif du gouvernement, Siumut a été convaincu que les dangers possibles liés à une adhésion ne se réaliseront pas. Ils ont été satisfaits par ce qu’ils ont entendu », déclare-t-il.

  1. Un état d’esprit d’insignifiance

Outre les causes susmentionnées, imputables à la politique intérieure, une autre raison pour laquelle l’accord n’a pas été signé plus tôt est l’attitude générale du Groenland, qui considère que ses actions n’ont pas d’importance dans le grand ordre des choses.

« Il y a eu un argument selon lequel « ce n’est pas nous qui avons pollué le monde entier, et nous essayons juste de créer une économie durable, donc cela ne nous concerne pas ». C’est pourquoi certains ouvrages scientifiques soulignent que le Groenland a trop traîné les pieds en matière de climat ».

« Mais ce n’est pas aussi clair que cela. Je pense que la législation sur l’exploitation minière et le travail du gouvernement en général prennent largement en compte le climat », estime Rasmus Leander Nielsen.

  1. Une empreinte carbone élevée

Si le changement climatique affecte fortement le Groenland, ce dernier se situe également dans la partie supérieure de la plupart des classements en ce qui concerne son empreinte carbone par habitant.

Selon la base de données scientifique Our World in Data, les émissions annuelles de CO2 du Groenland en 2021 s’élèvent à 9,1 tonnes par personne, ce qui place le Groenland au 29e rang mondial, tandis que la base de données EDGAR de la Commission européenne évalue les émissions de 2021 à 8,15 tonnes, ce qui place le Groenland au 40e rang des pays les plus polluants au monde.

Le classement relativement élevé sur ces listes s’explique en partie par l’importance de l’industrie de la pêche dans le pays et par le fait que l’avion constitue le seul moyen de transport viable entre des villes éloignées les unes des autres. À l’avantage du Groenland, cependant, la majeure partie de son énergie est produite par des centrales hydroélectriques non polluantes.

La crainte que ces émissions élevées ne rendent difficile la réalisation des objectifs auxquels le Groenland s’est engagé a également joué un rôle dans son hésitation. La manière dont cela sera géré constitue la prochaine étape du processus.

« Le Groenland va maintenant devoir décider comment atteindre ses objectifs. Cette décision est encore incertaine et sera prise dans les années à venir dans le cadre d’une stratégie climatique. Les îles Féroé ont également obtenu un statut spécial lorsqu’elles ont adhéré à l’Union européenne, et l’on a cherché à savoir si le Groenland pourrait faire quelque chose de similaire », déclare Rasmus Leander Nielsen.

Selon le communiqué de presse du gouvernement, ce processus devrait se dérouler au cours des prochaines années, de sorte que le Groenland soit un signataire engagé à partir de 2030.

La ville d’Uummannaq, au nord-ouest du Groenland, fait partie des endroits où la glace de mer est de moins en moins présente durant l’année. Les récits de ces changements commencent à se répandre dans tout le pays. Image : Michael Wenger
  1. L’agenda climatique ne fait que gagner du terrain

Une autre raison pour laquelle le Groenland s’est joint avec retard à l’Accord de Paris est liée au fait que l’agenda climatique n’était pas aussi prioritaire au Groenland qu’ailleurs. Mais lentement, selon Rasmus Leander Nielsen, l’agenda climatique commence à gagner du terrain.

À titre d’exemple, il mentionne que les municipalités commencent à travailler activement sur les objectifs de développement des Nations unies et que les lycéens organisent des ateliers sur le climat.

« Les gens commencent également à remarquer que la neige commence à fondre à d’étranges moments de l’année, ce qui fait l’objet d’une certaine couverture médiatique. Dans le nord du pays, on entend des histoires de chasseurs qui ne peuvent plus traverser la glace aux endroits où ils avaient l’habitude de le faire. »

Pour le bénéfice des descendants

Quelles que soient les raisons pour lesquelles le Groenland a finalement adhéré au traité, et aussi insignifiante que soit sa contribution à la réduction des émissions dans le grand ordre des choses, une chose est sûre : les Groenlandais pourront désormais affronter les changements à venir dans leur environnement arctique la tête haute.

Ou comme l’a dit Kalistat Lund, ministre de l’agriculture, de l’autosuffisance, de l’énergie et de l’environnement dans sa déclaration : « Je suis fier que nous assumions une responsabilité commune et que nous agissions face à la crise climatique. L’adhésion du Groenland à l’Accord de Paris assurera un développement au bénéfice de notre pays et de nos descendants. »

Ole Ellekrog, PolarJournal

En savoir plus sur le sujet

Print Friendly, PDF & Email
error: Content is protected !!
Share This