Les manchots apportent un air de fraîcheur dans le monde de la parfumerie | Polarjournal
Un vent froid, de la glace, de la neige et des manchots empereurs : tels sont les ingrédients du parfum créé par Chiaki Nomura et produit par Zoologist Perfumes, qui sera lancé en janvier prochain. (Photo : Michael Wenger)

Quiconque a visité l’Antarctique connaît la fraîcheur de l’air dans cette région de glace et de neige, du moins jusqu’à ce que l’on se trouve au bord d’une colonie de machots. Et ce sont précisément les ingrédients avec lesquels une créatrice de parfum japonaise et un fabricant canadien veulent lancer un tout nouveau produit, déjà décrit par la presse comme une « fragrance non conventionnelle ».

C’est un vent de fraîcheur, une bouffée d’Antarctique que le parfum « Manchot » du fabricant canadien Zoologist Perfumes veut répandre lorsque le produit sera officiellement lancé le 12 janvier 2024. Et même si les manchots empereurs et leur mode de vie servent de modèle pour le nom et la commercialisation, le parfum ne portera pas le parfum d’une colonie de ces animaux iconiques. Néanmoins, le mélange à partir duquel le parfum sera fabriqué (sans additifs animaux et sans tests sur les animaux) sera une fragrance légèrement plus âpre et s’adressera principalement à une clientèle masculine.

Le parfum de la créatrice japonaise Chiaki Nomura s’inspire du mode de vie des manchots empereurs, en particulier des mâles, et de l’air glacial de l’Antarctique auquel les animaux sont exposés pendant l’incubation des œufs et l’élevage des petits. Pour ce faire, la créatrice a utilisé un mélange de parfums à base de baies de genièvre, de poivre rose, de safran, de ciste, de bois de santal, de musc synthétique, de varech et de cuir sauvage. La note la plus élevée est toutefois « Antarctic Air » (air de l’Antarctique) et « Ice Accord », deux parfums synthétiques qui apportent de la fraîcheur. Il ne s’agit toutefois pas d’air ou de glace antarctiques véritables. « La note « Antarctic Air » est une note de fantaisie », nous explique Victor Wong, le fondateur et directeur de Zoologist Perfumes dans un e-mail. Et la créatrice Chiaki Nomura d’ajouter : « J’ai utilisé des parfums IFF (International Flavors & Fragrances) appelés « Arctical », qui sont considérés comme glacés, refroidis, aériens et propres, et légèrement aldéhydiques, et « Oceanol », qui représentent l’océan/la mer, le varech et les algues cartilagineuses ».

Il en est résulté un parfum unique qui devrait susciter l’enthousiasme des fans de l’Antarctique. En effet, une entreprise connue pour ses voyages en Antarctique va déjà commercialiser le produit chez elle. Zoologist Perfumes proposera « Penguin » dans deux versions d’emballage différentes : l’emballage régulier blanc et noir et l’édition spéciale, disponible en nombre limité, aux couleurs de l’Antarctique.

L’esprit derrière « Penguin » est Chiaki Nomura, une créatrice de parfums japonaise qui a appris son métier au Japon, en France et en Angleterre. Elle puise l’inspiration pour ses parfums dans de nombreux voyages. (Photo : avec l’aimable autorisation de Zoologist Perfumes)

Le parfum « Penguin » est le troisième produit développé par Zoologist Perfumes dans le cadre de sa trilogie « Environnement froid ». Les deux autres, « Snowy Owl » et « Musk Deer », s’inspirent davantage du monde arctique. D’une manière générale, l’entreprise canadienne est synonyme de compositions parfumées inhabituelles qui s’inspirent fortement de la nature et de l’environnement des animaux qui lui ont donné son nom.

Mais les régions polaires ne sont pas les seules à faire partie de la ligne de produits de Zoologist Perfumes. Les déserts et les jungles tropicales, avec les animaux correspondants, se retrouvent également dans l’assortiment. Outre le parfum innovant, la caractéristique la plus marquante est certainement les animaux soigneusement dessinés mais représentés de manière non conventionnelle sur les flacons de parfum, une marque de fabrique de l’entreprise. « J’ai fondé Zoologist Perfumes en 2013 à Toronto. Pour nos parfums, nous nous inspirons des animaux, de leurs habitudes alimentaires et de vie, de leur environnement et même de leur signification culturelle », explique Victor Wong. « Nous sommes très fiers de n’utiliser aucun parfum musqué issu de la production animale et de renoncer complètement aux tests sur les animaux. Nous ne voulons pas voir d’animaux blessés juste pour que nous puissions sentir bon ».

Cette politique semble également porter ses fruits. Au cours des dix dernières années, l’entreprise a étendu ses activités à l’échelle mondiale et ses produits sont aujourd’hui disponibles de l’Australie à la Suède. En outre, Zoologist Perfumes a collaboré avec de nombreux designers de parfums renommés, dont récemment Chiaki Nomura, la créatrice de « Penguin ». Formée au Japon, en France et en Angleterre et travaillant à New York, la créatrice s’inspire de la nature lors de ses nombreux voyages et a également trouvé une nouvelle idée dans l’Antarctique.

Il en est résulté un produit qui n’enveloppera peut-être pas les pingouins, mais qui apportera à l’avenir une touche de fraîcheur antarctique aux personnes vivant en dehors de la région.

Dr. Michael Wenger, PolarJournal

Lien vers le site web de Zoologist Perfumes

En savoir plus sur le sujet

Print Friendly, PDF & Email
error: Content is protected !!
Share This