La région nordique est l’une des plus accueillantes au monde pour les LGBTQI | Polarjournal
Les marche des fiertés sont depuis des années une manière pour la communauté LGBTQI du monde entier de revendiquer plus de droits et d’égalité et d’attirer l’attention de l’opinion publique sur ce sujet. Ces défilés joyeux et colorés font désormais partie intégrante du programme annuel des communes arctiques (ici à Tromsø). Image : Arctic Pride

Le débat sur l’égalité des droits des personnes appartenant à la communauté LGBTQI est également mené dans les pays arctiques. Quelle est leur situation juridique et sociale, comment sont-ils reconnus ou plutôt criminalisés ? Une statistique établie par Equaldex, une source de publication en ligne sur les droits LGBTQI, montre à cet égard une image positive pour certains pays arctiques.

L’index de l’égalité LGBTQI, établi par Equaldex pour 197 pays, est mené par trois nations arctiques : Islande, Danemark et Norvège. En cinquième position, on trouve le Canada, qui complète ainsi la moitié des nations arctiques dans le top cinq des pays ayant l’indice d’égalité le plus élevé. Les quatre autres pays se trouvent un peu plus loin, aux rangs 15 (Finlande), 17 (Suède), 23 (États-Unis) et 130 (Russie). En comparaison, l’Allemagne est classée 12e, la France 20e, l’Autriche 25e et la Suisse 32e, ce qui place l’ensemble des pays nordiques parmi les pays où la communauté LGBTQI est la mieux reconnue, tant sur le plan juridique que social.

La carte de l’indice d’égalité LGBTQI établie par Equaldex montre une image positive pour la plupart des pays nordiques. L’indice comprend à la fois le point de vue juridique et le point de vue social de la communauté LGBTQI nationale. Carte : Equaldex

L’indice créé est une moyenne qui va de zéro (aucune égalité) à 100 (égalité totale). Il est calculé à partir de deux autres indices : l’indice juridique et l’indice d’opinion publique. Le premier représente la situation juridique actuelle, qui concerne la communauté LGBTQI dans le pays en question et comprend des lois telles que le mariage entre personnes de même sexe, l’homosexualité et les lois sur la censure. L’indice d’opinion publique, d’autre part, couvre l’opinion publique et les attitudes envers la communauté LGBTQI et se base sur des sondages réalisés par des instituts d’opinion sérieux. Les deux indices ont été développés par Equaldex et sont clairement compréhensibles d’un point de vue mathématique.

L’organisation n’a pas seulement considéré les différents pays, mais les a également regroupés en régions. Et là encore, il s’est avéré que la région nordique était la plus favorable aux LGBTQI sur un total de 23 régions, suivie de la région nord-américaine et de la région australienne et néo-zélandaise.

Les pays arctiques sont-ils donc plus favorables aux LGBTQI que d’autres pays ? Pas forcément, car au niveau régional, il existe encore parfois de grands obstacles pour la communauté, en particulier chez les autochtones de l’Arctique comme les Inuits ou les Samis, qui doivent concilier leur mode de vie traditionnel avec les modes de vie modernes de la société. Photo : Facebook Arctic Pride

Les nations nordiques et arctiques sont-elles donc les meilleurs endroits pour la communauté LGBTQI ? Pas nécessairement, comme le montre un regard un peu plus détaillé. Certes, la plupart des régions comme l’Alaska, le Groenland, le Nunavut ou les régions nordiques au-delà du cercle polaire sont juridiquement soumises aux lois nationales et profitent, en particulier pour l’indice d’opinion publique POI, des localités et grandes villes libérales du sud. Si l’on ne prenait en compte que l’IOP des régions arctiques elles-mêmes dans l’indice, le tableau serait quelque peu relativisé. Par exemple, aucune donnée n’est disponible pour le Groenland et le Nunavut, bien qu’ils atteignent tous deux un score fabuleux de 94 (Groenland) et 93 (Nunavut) sur 100 pour l’indice juridique ; et en Alaska, l’État se situe au niveau national entre le milieu et le bas de l’indice, principalement en raison d’une opposition relativement élevée de la population aux questions transgenres, au mariage entre personnes de même sexe et à l’égalité des couples de même sexe. De même, dans les régions arctiques des pays nordiques et au Canada, la communauté LGBTQI se bat encore contre de nombreux préjugés, en particulier les membres LGBTQI des parties autochtones de la population, dont le mode de vie moderne se heurte à l’incompréhension, voire au rejet des milieux traditionalistes.

Tout en bas du classement des nations arctiques et de la liste des pays, on trouve également la Russie. Depuis 10 ans déjà, des lois y ont été adoptées en permanence, rendant la vie des membres de la communauté LGBTQI de plus en plus difficile. Le point culminant a été atteint fin novembre avec une loi qui qualifie la communauté d' »extrémiste », ouvrant ainsi la voie à des poursuites par les autorités.

Il s’avère donc que certaines nations arctiques peuvent certes offrir un espoir à la communauté LGBTQI. Mais malgré cela, un vent froid continue de souffler et l’arc-en-ciel a du mal à se former.

Dr. Michael Wenger, PolarJournal

Lien vers le site web d’Equaldex

En savoir plus sur le sujet

Print Friendly, PDF & Email
error: Content is protected !!
Share This