La station Vostok à l’essai | Polarjournal
La station de Vostok ne sera pleinement opérationnelle qu’en 2025, mais dès le prochain hiver austral, la station accueillera les premiers hivernants à titre d’essai. (Photo : Alexander Kozlov)

Le nouveau complexe d’hivernage de la station Vostok en Antarctique a été mis en service le 28 janvier 2024, mais il s’agit encore d’une phase de test. L’aménagement final prendra encore deux ans avant que la station polaire ne soit définitivement opérationnelle. Au total, il s’agit de la dixième station russe en Antarctique, dont cinq fonctionnent toute l’année et cinq de manière saisonnière. La station de Vostok est cependant la seule des dix à être située à l’intérieur des terres et non sur la côte.

A l’avenir, Vostok devrait être l’une des stations de recherche les plus modernes de l’Antarctique. Elle peut accueillir confortablement 15 collaborateurs en hiver et jusqu’à 35 chercheurs et techniciens pendant la saison estivale. Le complexe se compose de cinq modules d’une surface totale de plus de 3 000 mètres carrés, dont deux sont des modules d’habitation, deux contiennent des équipements techniques de maintien en vie et le cinquième un garage et un atelier. Les bâtiments disposent d’une isolation en laine minérale d’une épaisseur allant jusqu’à 95 centimètres et la façade est constituée de panneaux composites capables de résister à des phénomènes de gel extrêmes.

Pas facile, par des températures glaciales, de transporter une station entière sur 1 500 kilomètres, de la côte au chantier. (Photo : Alexander Kozlov)

Transport et montage compliqués

Les pièces de l’installation ont été fabriquées à partir de composants russes et biélorusses dans la ville de Gatchina, située au sud de Saint-Pétersbourg, où elles ont été assemblées et dont le fonctionnement a été vérifié en 2020 avant le transport vers l’Antarctique.

En octobre 2020, les blocs de la station ont été expédiés sur le cargo nucléaire Sevmorput. Cependant, dans la région au large de l’Angola, l’hélice du navire s’est cassée et le navire a dû retourner à St.

Un an plus tard, en octobre 2021, les modules de la station Vostok ont été chargés sur le navire à moteur Mys Dezhneva et le navire à moteur Andrey Osipov. Les navires ont été accompagnés dans leur voyage vers l’Antarctique par le brise-glace diesel Kapitan Khlebnikov ainsi que par le pétrolier Yaroslav Mudry, qui a fourni du carburant pour soutenir les voyages ultérieurs vers la station Vostok et assurer le fonctionnement de tous les équipements.

Les 133 modules, ainsi que le carburant et l’équipement, ont été déchargés à proximité de la station russe Progress. De là, les pièces ont été transportées par traîneau à chenilles jusqu’à la station de Vostok. Le transfert des modules et l’installation du complexe ont commencé en janvier 2022 et se sont terminés en janvier 2024.

Le nouveau complexe a remplacé les structures obsolètes de la station de Vostok, construite en 1957, qui étaient usées à 97%. La nouvelle station permet aux chercheurs d’effectuer leur travail dans des conditions plus confortables. Les bâtiments reposent sur 36 piliers réglables qui adaptent leur hauteur en fonction de la hauteur de la couche de neige. Les modules de la station ont été construits sur ces supports. Tous les systèmes sont protégés par deux ou trois fusibles afin de garantir un approvisionnement autarcique en carburant et en nourriture pendant deux ans.

Histoire de la station de Vostok

La station Vostok d’origine a été créée en 1957 lors de la deuxième expédition antarctique soviétique. Elle est située sur le dôme de glace de l’Antarctique, à une altitude de 3 500 mètres au-dessus du niveau de la mer et à une distance d’environ 1 500 kilomètres de la côte. La station a longtemps été dirigée par l’explorateur polaire Vassili Sidorov. Elle est la seule station russe de l’Antarctique intérieur.

Le lac sous-glaciaire Vostok se trouve juste en dessous de la station. Son existence a été soupçonnée dès la fin des années 1950, mais n’a pu être confirmée qu’en 1974 par une équipe écossaise. En 1996, l’existence du lac a été confirmée sans aucun doute par une équipe russo-britannique en combinant différentes données. Dans les années à venir, le lac Vostok sera l’une des principales cibles des scientifiques.

En l’honneur de l’expédition antarctique de 1819-1821, deux stations antarctiques ont été baptisées du nom des navires Vostok et Mirny. (Image : Evgeniy Voishvillo, Paulsen Publishing House)

La station a été nommée d’après un navire

La station antarctique a été nommée d’après le sloop à voile Vostok, qui était l’un des navires de l’expédition russe en Antarctique de 1819 à 1821. Le 16 juillet 1819, les deux sloops, Vostok et Mirny, commandés par les capitaines Faddey Faddeevich Bellingshausen et le lieutenant Mikhail Petrovich Lazarev, quittèrent Kronstadt pour se diriger vers le sud. C’est ainsi que commença l’expédition russe à la recherche du continent austral.

Le deuxième navire de l’expédition de 1819-1821, le sloop Mirny, a donné son nom à la station Mirny, ouverte en 1956 et située sur la côte du Pays de la Reine Marie, dans l’Antarctique de l’Est, qui jouxte le lac Davisse.

Heiner Kubny, PolarJournal

En savoir plus sur le sujet

Print Friendly, PDF & Email
error: Content is protected !!
Share This