Hanwha vend des méthaniers à Dubaï grâce à un « tour de magie russe | Polarjournal
Le navire « Pyotr Kapitsa » se trouve actuellement dans le chantier naval de Hanwha sur l’île de Geoje. (Photo : Vladimir Lappino)

L’installation sur la péninsule de Gydan est le deuxième grand projet de Novatek et est considérée comme décisive pour l’objectif de la Russie d’augmenter sa production de GNL à 100 millions de tonnes d’ici la fin de la décennie, et donc de plus que tripler. Pour atteindre ces objectifs, Novatek a besoin de méthaniers capables de transporter du GNL dans les glaces. Six de ces pétroliers récemment construits, destinés à des projets de GNL russes mais bloqués par les sanctions américaines, sont de plus en plus sous contrôle international.

La société gazière russe Novatek fait désormais un pas important en avant et devrait bientôt commencer à livrer du GNL à partir du projet Arctic LNG 2, malgré les sanctions américaines.

La nécessité est mère de l’invention, dit-on. Le méthanier Arc7 Pyotr Kapitsa, construit par le chantier naval sud-coréen Hanwha Ocean, change de propriétaire. Les enregistrements du registre maritime indiquent que le navire a été transféré le 1er février 2024 à une entreprise des Émirats arabes unis. Hanwha Ocean évite ainsi le risque d’enfreindre les sanctions américaines.

Hanwha Ocean construit des méthaniers brise-glace spécialisés, destinés à l’origine au projet russe Arctic LNG 2. (Photo : Hanwha Ocean)

Les méthaniers Arc7 sont des navires brise-glace spéciaux destinés à être utilisés dans l’Arctique russe. Ils sont construits pour desservir certains des énormes projets de GNL encore en développement dans le pays, dont le projet Arctic LNG 2 de Novatek.

Le transporteur de GNL Pyotr Kapitsa faisait initialement partie d’une commande de trois navires de la compagnie russe Sovcomflot. Mais le contrat a été résilié en 2022 en raison de problèmes de paiement dus aux sanctions. Hanwha Ocean a néanmoins terminé les trois navires et était, selon certaines informations, à la recherche d’un acheteur. Les deux autres cargos GNL, Lev Landau et Zhores Alferov, ne sont pas à vendre. Ils auraient dû rester chez Hanwha.

« Novatek va certainement faire tout ce qui est en son pouvoir pour obtenir ces pétroliers pour des transports qui ne peuvent être utilisés que pour leur Arctic LNG-2, car même pour Sakhaline, ils sont trop chers pour être exploités en eaux libres », a déclaré à la presse Hervé Baudu, expert maritime de l’Arctique et professeur de formation maritime à l’Académie maritime française (ENSM). Dans l’article, il a qualifié l’immatriculation du Piotr Kapitsa aux EAU de « tour de magie russe ».

Hervé Baudu à propos de l’achat du bateau indirectement via une entreprise des EAU : « Le monde de la navigation est ainsi fait. Il ne reste plus qu’à trouver un équipage qualifié ». (Photo : Screen Shot Vimeo)

La société New Transshipment FZE de Dubaï est mentionnée comme nouveau propriétaire du cargo de GNL. Selon les dossiers en ligne, l’entreprise fait office de holding et de véhicule d’investissement pour des projets, des partenariats et des coentreprises dans le domaine du transport maritime, du stockage et de la logistique, y compris le développement de solutions de transport maritime pour le GNL, ainsi que des services de transbordement et de stockage pour le GNL.

Par le passé, Novatek a toujours pu compter sur des entreprises émiriennes pour contourner les sanctions. En 2023, l’entreprise a conclu un partenariat avec Green Energy Solutions LLC d’Abu Dhabi afin de se procurer des technologies occidentales sanctionnées. Ce marché a toutefois mal tourné, l’entreprise ayant été bloquée par les États-Unis en septembre 2023.

Heiner Kubny, PolarJournal

En savoir plus sur le sujet

Print Friendly, PDF & Email
error: Content is protected !!
Share This