Les Nénètses sur les réseaux sociaux – un autoportrait | Polarjournal
Sur la péninsule de Yamal, les Nénètses vivent toujours en nomades complets avec leurs troupeaux de rennes. Cela n’empêche pas les plus jeunes d’être également actifs sur les réseaux sociaux. Photo : Sergey Karpukhin

En Russie, à 600 km au nord du cercle polaire, vivent les Nénètses, un groupe de nomades indigènes qui compte encore quelques dizaines de milliers de membres. Dans différentes parties du nord de la Sibérie, ils vivent principalement de l’élevage de rennes, mais aussi de la chasse et de la pêche. Bien que beaucoup d’entre eux se soient sédentarisés, il existe encore des nomades complets qui se déplacent en famille sur la péninsule de Yamal avec leurs troupeaux de rennes. En été, ils se déplacent jusqu’à la côte de l’océan polaire et en hiver, ils traversent la taïga méridionale.

Plus que d’autres ethnies sibériennes, les Nénètses ont conservé leur culture et leurs coutumes et cultivent également leur langue maternelle, qui fait partie des langues samoyèdes et est apparentée aux langues finno-ougriennes. Le nom Nénètse signifie « gens » et le nom Yamal signifie « la fin du monde ».

Le nom du groupe ethnique « Nenets » a été ajouté à la « liste des peuples minoritaires indigènes du nord, de la Sibérie et de l’Extrême-Orient de la Fédération de Russie » établie par le gouvernement russe.

Dans les années quatre-vingt-dix, d’importants gisements de gaz naturel ont été découverts sur la péninsule de Yamal. Certaines zones de pâturage importantes pour les Nénètses ont été cloisonnées pour l’exploitation du gaz naturel. Les éleveurs de rennes s’y sont d’abord opposés, mais les entreprises gazières ont financé le développement de nouveaux villages. C’est ainsi que le mode de vie des Nénètses de la péninsule de Yamal a partiellement changé. Ils restent néanmoins très attachés à leurs traditions.
Ces dernières années, comme nous l’avons déjà mentionné dans l’article « La téléphonie mobile influence les itinéraires des éleveurs de rennes » ici sur PolarJournal, plusieurs antennes de téléphonie mobile ont été installées sur les territoires des Nénètses. Cela n’a pas seulement modifié leur transhumance, mais aussi leur comportement en matière de communication. La question qui se pose alors est la suivante : comment les Nénètses utilisent-ils les médias sociaux pour eux-mêmes et pour défendre leurs intérêts ?

Les plateformes numériques telles qu’Instagram et YouTube permettent une participation passive et active aux contenus. Les médias sociaux ont une grande portée et sont donc activement utilisés par ce groupe indigène.

L’Université (arctique) Fédérale du Nord (NArFU) a mis en œuvre en 2022 le projet éducatif « Préserver ensemble la langue et la culture des Nénètses »(voir le rapport, en russe). En conséquence, une attention particulière a été accordée récemment à la préservation et au développement des petites cultures et langues indigènes de Sibérie et d’Extrême-Orient. L’un des principaux objectifs du projet éducatif de l’université était en effet de préparer et de mettre en œuvre un programme de recyclage « Enseignement de la langue et de la culture du peuple Nénètse dans le contexte de la numérisation » pour les professeurs de langue nénètse et les professionnels de la culture. Le projet devait débuter en janvier 2023. Il semble toutefois que le projet n’ait pas encore été mis en œuvre jusqu’à présent.

Certains jeunes Nénètses ont trouvé leurs propres moyens numérisés pour afficher et diffuser leur identité sur les médias sociaux. Ainsi, si l’on tape par exemple #ненцы sur Instagram, on tombe rapidement sur le profil professionnel de la communauté tanamskayatundra, qui compte 4 236 followers.

Les profils Instagram de tanamskayatundra et pro_yamal.

Il s’agit d’un profil clair et informatif avec différents points de menu qui mettent l’accent sur la vie quotidienne, par exemple les vêtements ou les fêtes. Le compte doit également être utile sur le plan économique et le point « Reklame » propose une plate-forme de vente pour les produits de tous les jours. En cliquant sur les photos, on obtient un très bel aperçu de la vie quotidienne des Nenets et de l’autopromotion des auteurs. On y découvre un mode de vie très traditionnel, les gens s’habillent principalement de manière traditionnelle et cultivent leur mode de vie nomade. De nombreuses photos de yourtes de pointe, appelées tchoums, sont ainsi postées. Mais ce sont presque toujours les rennes qui sont au centre de l’attention, en été comme en hiver, car ils constituent le thème central : c’est à partir des peaux qu’ils fabriquent leurs vêtements, leurs tentes – même les lassos sont souvent faits de tendons – et ils servent de moyen de transport.

Une particularité de Yamal pourrait être le fort accent mis sur la solidarité des jeunes avec les membres de leur famille et la génération plus âgée, qui sont souvent représentés. Au lieu de voir une opposition entre la culture traditionnelle et la culture populaire sur les médias sociaux (comme de nombreux activistes locaux ont tendance à le faire), la plupart des jeunes locaux trouvent des aspects précieux dans les deux.

Photos professionnelles sur le profil VK de tanamskayatundra, #nenzen et profil de Sega_bega.

En Russie, VKontakte (VK) est le plus grand réseau russe et est considéré comme le principal canal de médias sociaux. VK est visuellement et dans son utilisation très similaire à Facebook : musique, images, vidéos et autres fichiers peuvent être partagés et publiés directement. La communauté tanamskayatundra y a un nombre de followers encore plus important (11 000). Les profils respectifs sur Instagram et VK sont reliés entre eux. Sur VK également, on peut d’abord voir de nombreux troupeaux de rennes et des animaux isolés, mais aussi de petits films sur la transhumance et les familles, par exemple. Contrairement à Instagram, VK fait également office de plateforme d’annonces et de vente. Il est ainsi possible d’acheter des motoneiges ou de répondre à une annonce pour devenir conducteur de traîneau à rennes ou guide touristique.

Si l’on quitte maintenant ces pages publiques des Nénètes et que l’on regarde les profils individuels, ceux-ci se ressemblent pour la plupart. La plupart d’entre eux parlent de rennes, d’enfants, de chiens, de familles et de la vie dans le tchoum.

Mais qu’est-ce qui motive les jeunes de la région de Yamal ? Comment se présentent-ils et qui veulent-ils atteindre avec leurs profils sur les médias sociaux ?

Il y a quelques jeunes artistes, comme Victor Segoj, qui publient leur art traditionnel. Victor Segoi se fait appeler sega_bega sur Instagram et présente ses sculptures en corne et en os. Ce jeune Nénètse voyage beaucoup et vit aussi à Moscou en dehors de ses origines traditionnelles. Il écrit à quel point il est fier de ses origines et des connaissances que son père lui a enseignées sur l’élevage des rennes.

Et il se présente dans la rue aussi bien en tenue traditionnelle qu’en tenue moderne. Les commentaires portent le plus souvent sur des éloges et des compliments. Chez les jeunes hommes, on voit en outre souvent des vidéos de tir à la corde traditionnel ou de compétitions. Il est frappant de constater que de nombreux profils, tant sur Instagram que sur VK, semblent très romantiques. Sur Instagram, « _the_tysia_family_7_8_9 » présente d’une part des paysages hivernaux romantiques, et d’autre part des gros plans aux allures de Noël. Des photos de jeunes femmes et de jeunes hommes séduisants succèdent à des photographies de rennes typiques. On y voit une forte harmonie avec la nature et le désir de préserver sa propre culture.

Les profils des jeunes femmes sont généralement plus axés sur les vêtements et l’artisanat. Elles se présentent dans des costumes traditionnels colorés, par exemple dans un café, mais aussi à l’extérieur, dans la nature.

D’une manière générale, il apparaît que c’est surtout la jeune génération qui utilise activement les médias sociaux et qui évolue et se présente avec aisance aussi bien dans un environnement urbain que traditionnel. Les différents profils témoignent d’une utilisation maîtrisée des médias sociaux.

Les rennes sont presque toujours au centre de la vie des Nénètses. Le « jour de l’éleveur de rennes », qui a lieu dans différents districts de Yamal de fin février à début avril, est donc très important. Le thème central de la fête est une course de traîneaux à rennes. Mais il y a aussi des courses de motoneige et des compétitions traditionnelles comme la lutte, le lancer de lasso et une sorte de saut de bélier. Il y a moins d’informations et de profils sur Instagram que sur VK, où de très belles photos et vidéos professionnelles sont téléchargées. On trouve presque partout des liens vers le site officiel de cette grande fête des Nénètses.

Le profil VK de _the_tysia_family_7_8_9 et un post pour la journée de l’éleveur de rennes.

Comme dans d’autres cercles culturels arctiques, les Nénètses se présentent officiellement sur les médias sociaux avec leur propre profil qui compte 64.000 followers. Il s’agit d’une plateforme active d’échanges politiques, mais aussi culturels, toujours agrémentée de très belles photos.
Sur VK, on découvre également quelques groupes ou communautés culturels, notamment le profil d’un centre ethnographique « Касум Ёх » à Kasim, un peu plus au sud de la péninsule de Yamal. On y montre surtout l’artisanat traditionnel et on attire l’attention sur les activités culturelles de groupe. La bibliothèque de Naryan-Mar a également un profil très actif au Royaume-Uni. Toutefois, la littérature russe y est largement discutée et présentée. Toujours à Naryan-Mar, il existe un centre ethnoculturel qui dispose même de sa propre plate-forme vidéo sur « VK Video ». De courts documentaires et des vidéos musicales sur le théâtre, la danse, l’artisanat et le mode de vie traditionnel, comme la construction de yourtes pointues, y sont présentés. Avec plus de 4 800 followers, il s’agit du groupe culturel le plus actif des Nénètses sur VK.

Le profil officiel de Nenzen sur VK.

Il est intéressant de noter que tous les profils de groupe publics des Nénètses font référence à l’élection présidentielle du 15 au 17 mars, ainsi qu’à un lien déjà actif pour le vote. Sur certains profils, on trouve des instructions illustrées pour voter en ligne.

Les médias sociaux favorisent les objectifs des groupes et peuvent faire avancer leurs idées. Les groupes indigènes peuvent ainsi renforcer leurs liens culturels et ethniques avec la communauté par le biais de contenus et créer un sentiment d’appartenance. Malgré toutes les restrictions et la surveillance de l’État, les Nénètses semblent être en mesure de produire des contenus destinés à éduquer le public sur leur culture, à renforcer les liens avec la communauté et à créer un espace numérique d’appartenance. Par conséquent, l’étude de l’utilisation des médias sociaux est essentielle pour comprendre l’évolution des valeurs culturelles des Nénètses.

Benedikta Rabius est ethnologue, slaviste et designer graphique.

Après un long voyage à travers la Russie, d’ouest en est, elle a décidé de faire des études d’ethnologie et de slavistique à Göttingen. Son grand intérêt pour les ethnies du nord de la Sibérie l’a conduit à Yakutsk, au Kamtchatka, et dans les montagnes de l’Altaï.

Print Friendly, PDF & Email
error: Content is protected !!
Share This