Les soins parentaux chez les pycnogonides de l’Antarctique | Polarjournal
Une étude révolutionnaire révèle les soins parentaux chez les pycnogonide géantes de l’Antarctique. (Photo : Rob Robbins)

Des chercheurs de l’Université d’Hawaï à Manoa ont révélé les habitudes longtemps cachées de la reproduction des pycnogonides géantes dans l’Antarctique, résolvant ainsi une énigme qui préoccupait les scientifiques depuis plus de 140 ans.

Une nouvelle découverte révèle que les pycnogonides mâles s’occupent de leurs petits dans les eaux glacées de l’Antarctique. Cette révélation, qui provient des profondeurs de l’une des dernières frontières des océans, remet en question notre compréhension de la reproduction des créatures marines, en particulier dans le royaume énigmatique des pycnogondies géantes de l’Antarctique, également appelées Pycnogonida.

Ces résultats, publiés dans la revue Ecology le 11 février 2024, « pourraient avoir des implications considérables pour la vie marine et les écosystèmes de l’Antarctique et du monde entier », ont déclaré les chercheurs.

Pycnogonide géante de l’Antarctique (Photo : Rob. Robbins)

Les pycnogonides sont un groupe d’invertébrés à apparence arachnéenne que l’on trouve dans les habitats marins du monde entier. La plupart des espèces sont plus petites qu’un ongle, mais certaines espèces antarctiques atteignent une envergure de plus de 30 centimètres.

Découverte dans les profondeurs glacées

L’Antarctique, connu pour ses conditions rudes et ses écosystèmes uniques, fascine depuis longtemps les scientifiques. La récente expédition dirigée par l’écologiste Amy Moran et son équipe vient d’apporter un nouvel éclairage sur ces fascinants porteurs de mâchoires. L’étude publiée montre que les pycnogonides mâles assument un rôle de soin en protégeant leurs œufs jusqu’à ce qu’ils éclosent. Ce comportement s’écarte fortement des observations précédentes et souligne une forme rare de soins paternels dans le monde sous-marin.

« Chez la plupart des pycnogonides, le parent mâle s’occupe des bébés en les transportant pendant qu’ils se développent », a expliqué Amy Moran, professeur et chercheuse principale à la UH Mānoa School of Life Sciences. « Ce qui est étrange, c’est que malgré des descriptions et des recherches remontant à plus de 140 ans, personne n’a jamais vu les pycnogonides géantes de l’Antarctique couver leurs petits ni ne savait quoi que ce soit sur leur développement ».

Amy Moran lors d’une plongée où elle ramasse une grosse pycnogonide (Photo : Rob Robbins)

Le secret est dévoilé

Cette étude minutieuse a consisté à collecter et à observer ces pycnogonides géantes lors d’une expédition de terrain en Antarctique en octobre 2021. Pendant plus d’un siècle, les stratégies de reproduction des pycnogonides de l’Antarctique n’étaient pas connues des chercheurs.

Deux groupes d’accouplement d’araignées de mer ont été observés et ont pondu des milliers d’œufs. Au lieu de porter les petits jusqu’à l’éclosion, comme c’est le cas pour la plupart des espèces d’pycnogonides, un des parents, probablement le père, a passé deux jours à fixer les œufs sur le sol rocheux, où ils se sont développés pendant plusieurs mois avant d’éclore sous forme de minuscules larves. Quelques semaines après la ponte, les œufs étaient recouverts d’algues microscopiques qui assuraient un camouflage parfait.

« Nous pouvions à peine voir les œufs même si nous savions qu’ils étaient là, ce qui explique probablement pourquoi les chercheurs n’avaient jamais vu cela auparavant », a déclaré Graham Lobert.

L’équipe de recherche : (de gauche à droite) Graham Lobert, Aaron Toh et Amy Moran. (Photo : Rob Robbins)

Lloyd Peck, biologiste renommé de l’Antarctique au British Antarctic Survey, qui n’a pas participé à l’étude, a déclaré : ˶Cette découverte, qui révèle le rôle de parents protecteurs des pycnogonides mâles, représente une avancée majeure dans notre compréhension du cycle de vie de ces mystérieuses créatures˝. Peck a salué l’étude pour sa contribution décisive à une compréhension plus complète de la biologie marine polaire.

Heiner Kubny, PolarJournal

Lien vers l’étude : Moran et al. (2024) Ecol 105 (3) Spawning and larval development of Colossendeis megalonyx, a giant Antarctic sea spider ; /doi.org/10.1002/ecy.4258

En savoir plus sur le sujet

Print Friendly, PDF & Email
error: Content is protected !!
Share This