Schumann-Reisen interrompt ses tournées dans l’Arctique et l’Antarctique | Polarjournal
Le navire de croisière « MSC Meraviglia » d’une capacité de 5 714 passagers dans le port de Longyerbyen (Spitzberg). Les visites risquent d’être un peu serrées dans cette ville de 2 800 habitants. (Photo : Port de Longearbyen)

Le développement du tourisme polaire

Les voyages vers l’Antarctique et l’Arctique sont en plein essor. Le tourisme en Antarctique a commencé dans les années 1960 et a connu des débuts très modestes. Alors que le nombre de touristes n’était que de 6 400 pour la saison 1991/92, il est passé à 42 600 pour la saison 2017/18. La saison 22/23 a déjà accueilli 71 000 visiteurs (sans compter les croisiéristes). Afin de réglementer les opérations touristiques et de promouvoir un tourisme plus durable, l’IAATO (International Association of Antarctic Tour Operators) a été fondée en 1991 et est basée à Newport (Rhode Island).

Le tourisme arctique existe depuis le XIXe siècle et constitue l’un des secteurs économiques à la croissance la plus rapide dans le Grand Nord. En 2003, l’AECO (Association of Arctic Expedition Cruise Operators) a été créée pour réguler le flux de touristes dans une partie de l’Arctique. Cependant, le gouvernement norvégien semble penser que les choses sont devenues incontrôlables au Svalbard, ce qui a conduit à une réglementation stricte à partir de la saison 2025.

Le brise-glace russe « Kapitan Khlebnikov » dans l’Antarctique. Le navire a également été utilisé pour des croisières touristiques dans l’Arctique. La dernière fois que le passage du Nord-Est a eu lieu, c’était en 2016. (Image : Rosamaria Kubny)

Aujourd’hui, l’offre dépasse la demande

Dans les années 1990, seuls quelques navires transportaient des touristes dans les régions polaires. La capacité des navires variait de 35 à 160 passagers. Les voyages sont proposés en tant qu’expéditions. La majorité des navires renforcés contre les glaces étaient d’origine russe et leur équipement était plutôt modeste.

Après 2010, de plus en plus de compagnies de croisières sont entrées sur le marché et, par conséquent, des navires plus nombreux et plus grands. Cette situation a entraîné une surcapacité au cours des cinq dernières années et certains opérateurs ont dû proposer une grande partie de leurs services à prix réduit. La capacité moyenne des navires est aujourd’hui de 200 passagers et plus, et ces départs sont toujours proposés sous forme d’expéditions.

Autrefois « in », aujourd’hui « out » : des bateaux renforcés contre la glace, principalement en provenance de Russie, avec une capacité de passagers d’un peu moins de 50 personnes. (Photo d’archive)

Schumann Reisen a été le premier voyagiste à interrompre les voyages polaires.

« Les voyages aux pôles Nord et Sud sont en effet une expérience très spéciale et fascinante. Nos clients qui voulaient vivre cette expérience avec nous regrettent beaucoup que nous ne proposions plus ces voyages », déclare le PDG Thomas Schumann dans une interview accordée au Leipziger Zeitung. Mais si l’on veut préserver les écosystèmes uniques et très sensibles, il faut s’abstenir de s’y rendre.

« Une autre raison importante de notre retrait est l’absence d’effets positifs pour la population locale. Alors que dans de nombreux pays, le tourisme fournit des emplois aux populations locales et assure leur subsistance, il ne joue aucun rôle dans l’Antarctique en particulier, car il n’y a pas de population locale », explique Thomas Schumann dans l’interview.

Selon Schumann Reisen, l’entreprise s’engage en faveur d’un tourisme respectueux de l’environnement et socialement juste, et ses activités sont orientées vers une plus grande durabilité. L’objectif de Schumann Reisen est de proposer des voyages responsables et en harmonie avec la nature et la société. L’entreprise se concentre principalement sur la réduction des gaz à effet de serre nuisibles au climat.

Thomas Schumann : « Les voyages dans l’Arctique et l’Antarctique ne sont plus compatibles avec notre engagement en faveur d’un tourisme respectueux de l’environnement et du climat. » (Photo : Schumann Reisen)

Retrouvez la fascination de l’Arctique et de l’Antarctique.

La nature intacte et l’éloignement, les immenses paysages glacés et la faune fascinante sont le rêve de beaucoup de gens. Le réchauffement progressif de la planète est particulièrement visible dans l’Arctique. De nombreuses personnes souhaitent voir de leurs propres yeux les paysages de glace polaire menacés et les animaux qui y vivent avant qu’ils ne disparaissent.

Le changement climatique est particulièrement visible aux pôles Nord et Sud. Les calottes glaciaires vieilles de plusieurs millions d’années fondent. Selon l’Institut Alfred Wegener, trois mètres carrés de « glace perpétuelle » disparaissent pour chaque tonne de CO₂. Selon les calculs de l’AWI, un voyage vers les pôles provoque en moyenne 13 tonnes d’émissions de gaz à effet de serre.

Heiner Kubny, PolarJournal

En savoir plus sur ce sujet

Print Friendly, PDF & Email
error: Content is protected !!
Share This