Arctic Deep – Une expédition au plus profond de l’Arctique | Polarjournal
Une cheminée volcanique à grande profondeur. (Photo : Ocean Census)

L’expédition « Ocean Census Arctic Deep » vise à redéfinir notre compréhension de la biodiversité et des habitats marins les plus profonds de l’océan Arctique. L’Arctique reste l’une des régions les moins explorées de notre planète. En particulier, la région des grands fonds, à plus de 1 000 mètres, difficile à explorer dans ces latitudes. Cependant, cet environnement vaste, profond et froid abrite des habitats biodiversifiés qui abritent d’innombrables espèces et écosystèmes, dont beaucoup n’ont pas encore été découverts ou sont mal explorés par la science.

Les scientifiques espèrent une « exploration scientifique révolutionnaire » lorsqu’ils atteindront les profondeurs de l’océan Arctique. (Photo : REV Ocean)

Menée par une alliance entre la Nippon Foundation, Nekton et Ocean Census, ainsi que The Arctic University of Norway avec le REV Ocean, l’expédition rassemble une équipe pluridisciplinaire de 36 scientifiques et experts des médias issus de 15 institutions académiques de premier plan afin d’explorer et de faire de nouvelles découvertes. L’objectif de la mission est de découvrir de nouvelles espèces marines dans l’Arctique et la mer de Barents.

Dr. Alex Rogers, directeur scientifique d’Ocean Census, explique : « Ocean Census offre une occasion rare de se plonger dans certains des habitats les plus extrêmes et les plus inexplorés de la Terre, qu’il s’agisse de cheminées hydrothermales, de plaines abyssales, de dorsales médio-océaniques, de monts sous-marins ou de suintements de gaz et de pétrole. Ces environnements remarquables abritent une abondance de formes de vie inconnues, et nous prévoyons de découvrir des centaines de nouvelles espèces, allant des éponges aux coraux, en passant par les anémones de mer, les escargots, les petits crustacés et les animaux qui se nourrissent d’énergie chimique, comme les vers de barbe. »

Le navire norvégien Kronprins Haakon est le point d’attache de l’expédition. (Photo : Ocean Census)

L’équipe a commencé l’expédition le 3 mai 2024. Il est prévu d’utiliser l’Aurora, submersible profond télécommandé ultramoderne de REV Ocean, ainsi qu’une équipe de soutien qualifiée, pour permettre une exploration scientifique révolutionnaire à bord du RV Kronprins Haakon de l’Institut norvégien de recherche marine, jusqu’au 31 mai 2024.


Le submersible Aurora est adapté aux tâches les plus exigeantes, il est hautement personnalisable et peut être équipé de matériel scientifique supplémentaire si nécessaire. L’Aurora pèse 4 250 kilos.

La zone de recherche est située dans le détroit de Fram. (Graphique : Heiner Kubny)

La zone de recherche couvre un large éventail d’habitats en eau profonde, notamment la dorsale Knipovich, la plaine abyssale de Dumshaff, le champ d’évents de Jøtul, la dorsale Svyatogor longue de 46 kilomètres, le mont sous-marin Alta et le gouffre de Molløy, le point le plus profond de l’océan Arctique (5 550 mètres), dont certains font l’objet d’une exploitation minière en eaux profondes.

REV Ocean est financé par l’homme d’affaires Kjell Inge Røkke. La directrice générale de REV Ocean est l’ancienne directrice générale du WWF Norvège, Nina Jensen. (Photo : REV Ocean)

Qui est REV Ocean ?

REV Ocean a un objectif ambitieux mais simple : « Assurer la santé des océans ». La société a été fondée le 20 juillet 2017 et est financée par l’homme d’affaires norvégien Kjell Inge Røkke. REV Ocean permettra d’élaborer une nouvelle génération de solutions et de sensibiliser à l’impact global sur l’environnement marin. « Nous devons améliorer notre compréhension des océans, faire en sorte que les principaux acteurs de la politique, de la recherche, des entreprises et de la société civile s’appuient sur cette compréhension et traduisent ces connaissances en solutions concrètes ».

Nina Jensen, PDG de REV Ocean et ancienne directrice générale de WWF Norvège : « Nous sommes ravis de soutenir l’UiT et Ocean Census dans le cadre de l’expédition Extreme24 dans l’Arctique et la mer de Barents. Il s’agit d’une occasion unique d’explorer certaines des régions les plus éloignées et les plus inconnues de notre planète tout en tirant le meilleur parti de l’Aurora ROV ».

Après l’expédition, Ocean Census et l’UiT organiseront un atelier dans leurs laboratoires universitaires à Tromsø en octobre 2024 pour présenter la découverte des espèces à l’aide des spécimens collectés.

La collection ainsi constituée sera conservée au musée de l’université arctique de Tromsø et constituera une ressource précieuse pour les recherches futures.

www.revocean.org

Heiner Kubny, Polarjournal

En savoir plus sur le sujet

Print Friendly, PDF & Email
error: Content is protected !!
Share This