« Les nouvelles caméras de téléphone rendent les aurores accessibles, mais les photos ne ressemblent pas à la réalité » | Polarjournal
Cette photo de Dominik Plüss de l'église St. Chrischona à Bettingen près de Bâle faisait partie d'une compilation de photos d'aurores boréales suisses la semaine dernière. Photo de l'aurore boréale : Dominik Plüss
Cette photo de Dominik Plüss de l’église St. Chrischona à Bettingen près de Bâle faisait partie d’une compilation de photos d’aurores boréales suisses la semaine dernière. Photo : Dominik Plüss

Le photographe Dominik Plüss a capturé une aurore boréale au-dessus d’une église à Bâle, en Suisse. Une expérience exceptionnelle qui n’aurait pas été possible sans la nouvelle technologie des appareils photo de téléphone, a-t-il déclaré au Polar Journal.

La semaine dernière, sur une colline près de Bâle, en Suisse, le photographe de presse Dominik Plüss a remarqué une étrange lumière dans le ciel. Il était environ 22 h 45 et il venait de sortir d’un restaurant après un dîner avec des amis.

La lumière était blanche et brumeuse, et ne ressemblait à rien de ce qu’il avait jamais vu. Au début, lui et ses convives ont supposé qu’elle provenait d’un incendie survenu de l’autre côté de la frontière, en Allemagne, mais d’autres personnes les ont bientôt rejoints sur le parking. Ils connaissaient l’origine de cette étrange lumière.

Il s’est avéré que la lumière était un phénomène rarement observé en dehors de l’Arctique et presque jamais au sud des Alpes suisses : l’aurore boréale.

« C’était un moment spécial, en dehors de mon cadre habituel. Avec l’église au premier plan, j’ai vécu ce moment comme si Dieu essayait de dire quelque chose à l’humanité ou qu’il se montrait simplement en disant « Je suis là, vous n’êtes pas seul, n’ayez pas peur » », a déclaré Dominik Plüss au Polar Journal.

Si Dominik Plüss a vécu une expérience quasi divine, celle-ci n’aurait pas été possible sans les progrès récents de la technologie humaine. En effet, ce n’est que lorsqu’il a sorti son téléphone pour immortaliser l’instant qu’il a vu tout le spectre des couleurs s’afficher au-dessus de Bâle.

« Il s’avère qu’avec vos yeux humains, l’image n’apparaît pas aussi colorée qu’avec un iPhone », a-t-il déclaré.

Les deux photos de l'église dans leur aspect vertical original, telles qu'elles ont été prises par le téléphone de Dominik Plüss. Photo : Dominik Plüss
Deux photos de l’aspect vertical d’origine, prises par le téléphone de Dominik Plüss. Photo : Dominik Plüss

Capturer plusieurs moments

Depuis 1997, Dominik Plüss travaille à plein temps comme photographe de presse pour des agences de presse et des journaux de la région de Bâle. Par conséquent, il emporte toujours son appareil photo partout avec lui, prêt à déclencher si un événement digne d’intérêt se produit.

Mais lorsque l’aurore boréale est apparue dans le ciel au-dessus de lui, il n’a pas couru jusqu’à sa voiture pour prendre son équipement professionnel. Son téléphone, un iPhone 15 Pro sorti l’année dernière, a suffi.

« Avec l’iPhone, les photos sont déjà traitées d’une manière qui donne un très bon rendu sur l’écran. Si j’avais pris la même photo avec mes appareils professionnels, j’aurais dû faire beaucoup de travail pour arriver au même résultat. J’aurais dû sortir mon trépied et trouver un réglage qui soit le juste milieu entre la couleur, la précision et le bruit », a-t-il déclaré.

Sa femme a elle aussi essayé de capturer les lumières, mais son ancien modèle d’iPhone ne capturait pas la lumière de la même manière. Dominik Plüss pense que la raison en est que les nouveaux téléphones intègrent l’intelligence artificielle, ce qui leur permet d’assembler plusieurs photos pour en faire un patchwork qui intègre les meilleurs aspects de chacune d’entre elles.

Dans ses photos d’aurores boréales, l’église au premier plan nécessitait un temps d’exposition court pour être nette dans ses mains tremblantes et pour éviter un aspect bruyant et granuleux. Les aurores boréales, en revanche, nécessitaient un temps d’exposition plus long pour capturer l’éventail de couleurs invisibles à l’œil nu. Son téléphone s’en est chargé en un clin d’œil.

« Vous devez vous rappeler qu’il ne s’agit pas de capturer un seul instant, comme dans la photographie classique, mais plusieurs. C’est assez incroyable, mais aussi un peu effrayant que ce soit aussi bon », a-t-il déclaré.

Dominik Plüss a également capturé la lumière du nord avec différents avant-plans. Photos : Dominik Plüss
Dominik Plüss et son téléphone ont également capturé la lumière du nord avec différents arrière-plans. Photos : Dominik Plüss

Différent de ce qu’il semblait être

En rentrant chez lui le vendredi soir, Dominik a, comme à son habitude, téléchargé ses photos dans une base de données du journal local Basler Zeitung. Le lendemain matin, l’une de ses photos avait été incluse dans une compilation de photos d’aurores boréales prises dans toute la Suisse.

Il s’est avéré qu’en raison d’une importante tempête solaire, les aurores étaient visibles dans la majeure partie de l’Europe , jusqu’au nord de l’Italie, et dans de nombreux autres endroits inhabituels du globe. Ce fait a fait l’objet d’une large couverture médiatique, accompagnée d’une multitude de photos colorées et de vidéos en accéléré.

Cependant, comme l’a fait remarquer Dominik Plüss, cette nouvelle pourrait ne pas avoir été diffusée aussi loin en raison d’une tempête solaire unique en son genre, mais aussi en raison d’une avancée dans la technologie des appareils photo.

« La nouvelle technologie a rendu l’aurore boréale accessible aux gens, qui ont pu partager leur expérience et ce qu’ils ont vu. Mais elle a aussi montré le ciel d’une manière assez différente de la réalité », a-t-il déclaré.

Avec un appareil photo professionnel réglé correctement, la lumière du nord était encore plus spectaculaire la semaine dernière. Cette photo a été prise à Miesbach, en Haute-Bavière, avec un appareil photo Canon EOS 6D. La photo a été prise avec un appareil photo Canon EOS 6D : Patrick Mautry
Avec un appareil photo professionnel réglé correctement, la lumière du nord a été encore plus spectaculaire la semaine dernière. Cette photo a été prise à Miesbach, en Haute-Bavière (Allemagne), avec un appareil photo Canon EOS 6D. Photo : Patrick Mautry

Interpréter les données de la réalité

En tant que photographe de presse, Dominik Plüss a l’habitude de retoucher ses photos. Mais il s’efforce toujours de montrer le monde tel qu’il l’a vu, tel qu’il l’a ressenti lorsqu’il a pris les photos.

« J’ai l’habitude de ne pas faire trop de montage. Il doit correspondre à la réalité, et c’est probablement mon cœur de photographe de presse qui me guide encore. Pour ces photos d’aurore boréale, je pense honnêtement qu’elles sont exagérées. J’ai constaté qu’il est parfois difficile de voir que le ciel était différent », a-t-il déclaré.

Mais cette différence entre ce qui est capturé par les caméras et ce qui est capturé par nos yeux soulève une question plus philosophique : peut-on même dire que l’un est plus réel que l’autre ? La caméra ne fait-elle pas la même chose que les yeux, c’est-à-dire capturer des données du monde et les interpréter à sa manière ?

« Certainement. Chaque personne voit le monde à sa manière. Même mon œil gauche et mon œil droit voient les couleurs dans des tons légèrement différents. De la même manière, l’objectif de l’appareil photo capte les ondes et les contrastes d’une manière différente, et il est aujourd’hui capable de traiter ces données mieux qu’il y a quelques années », a-t-il déclaré.

Quoi que Dominik Plüss et son téléphone aient vu sur cette colline de Bâle, et quel que soit l’auteur de cette vision, ce moment restera mémorable pour Dominik Plüss et sa famille.

« Plus tard, mon fils m’a rejoint sur la colline. Il aurait pu choisir beaucoup d’endroits pour aller voir les aurores boréales, mais il est arrivé exactement au même endroit que nous. Soudain, il était là et nous nous sommes tous les deux demandé : « Qu’est-ce que vous faites ici ? C’était un moment vraiment spécial », a-t-il déclaré.

Ole Ellekrog, Polar Journal AG

Plus d’informations sur le sujet :

Print Friendly, PDF & Email
error: Content is protected !!
Share This