La Russie et l’Inde envisagent d’intensifier la recherche arctique | Polarjournal
La Russie et l’Inde discutent d’un projet commun dans l’Arctique. La plate-forme russe de glace dérivante Severny Polyus est un candidat idéal pour des projets communs. (Photo : AARI)

En raison de la détérioration des relations avec les pays de l' »Occident collectif », la Russie est confrontée à une décision importante. Comment et avec qui développer le Grand Nord ? La Russie est confrontée à un dilemme. Que faire lorsque les partenaires traditionnels de l’Arctique refusent de continuer à travailler avec la Russie et qu’il faut trouver de nouveaux partenaires ?

La Russie et l’Inde discutent actuellement d’un projet commun dans l’Arctique, dont l’importance scientifique, selon les experts, devrait être comparable à celle de la Station spatiale internationale (ISS). Alexander Makarov, directeur de l’Institut russe de recherche sur l’Arctique et l’Antarctique (AARI), s’est exprimé à ce sujet après son voyage en Inde. La Russie et l’Inde coopèrent depuis longtemps dans l’Antarctique dans le cadre d’un accord qui pourrait désormais être élargi.

Alexander Makarov : « Une série de réunions de travail avec des représentants d’instituts scientifiques indiens débutera prochainement. La coopération russo-indienne dans l’Arctique pourrait s’inscrire dans une perspective à long terme ».

Alexander Makarov : « Nous avons invité des collègues indiens à participer à la recherche et ils se sont montrés très intéressés.

Les négociations avec les représentants du Centre national indien de recherche polaire et océanique se sont déroulées dans la ville de Vasco da Gama (Goa). Selon Alexander Markov, la Russie dispose d’un puissant projet de recherche dans l’Arctique avec sa station de dérive Severny Polyus. Le travail des équipes scientifiques est facilité par la présence d’une plateforme de glace et d’équipements et technologies de pointe.

Comme l’a expliqué Alexander Makarov, l’intérêt des scientifiques indiens pour l’Arctique s’est considérablement accru ces derniers temps, car le changement climatique dans l’Arctique affecte le système de mousson en Inde, ce qui a des conséquences notables sur l’agriculture. Les scientifiques ont constaté une modification de la saisonnalité et de l’intensité de la mousson, ainsi qu’une augmentation des vagues de chaleur, qui ont un impact sur la vie de la population indienne.

En Inde, les pluies de mousson font régulièrement des dizaines de victimes et laissent d’immenses dégâts dans leur sillage. (Photo : Archive)

L’Institut de recherche sur l’Arctique et l’Antarctique (AARI) de Saint-Pétersbourg, en Russie, est l’un des principaux centres scientifiques au monde pour la recherche sur les régions polaires, dont l’histoire remonte à plus d’un siècle.

Le Centre national de recherche polaire et océanique est une institution de recherche indienne autonome relevant du ministère des sciences de la terre, située dans la ville de Vasco da Gama (Goa). Il est responsable de l’administration du programme antarctique de la République et entretient les stations de recherche indiennes en Antarctique.

Heiner Kubny, PolarJournal

Print Friendly, PDF & Email
error: Content is protected !!
Share This