Glisser avec le vent sur la calotte glaciaire du Groenland | Polarjournal
Au lieu de faire du kitesurf sur l’océan, Ramón Larramendi et son équipe traversent à toute vitesse la calotte glaciaire du Groenland grâce à l’énergie éolienne, dans le cadre d’une expédition de près de 30 jours à travers la calotte glaciaire. Image : avec l’aimable autorisation de l’Osservatorio Arctico

Lors de leurs déplacements dans l’Arctique et l’Antarctique, les équipes de recherche sont souvent confrontées à des problèmes logistiques. Le mode de transport joue donc un rôle majeur. Soit ils utilisent des véhicules conventionnels, qui consomment du carburant mais peuvent parcourir de longues distances assez facilement, soit ils se déplacent à pied ou à ski, s’exposant au froid et aux conditions difficiles de glace et de vent. Un nouveau système de transport devrait permettre d’améliorer la situation. Il est actuellement testé lors d’une expédition de 1 500 km au Groenland.

Sept hommes et une femme sur un traîneau, traversant du sud au nord la calotte glaciaire du Groenland à des vitesses allant jusqu’à 50 km/h, menant des recherches et ne consommant pas de diesel ? Ce qui ressemble à un roman de science-fiction est une véritable réalité : L’explorateur polaire espagnol Ramón Larramendi et les sept membres de son équipe testent actuellement un système de traîneau d’un nouveau genre, alimenté uniquement par l’énergie solaire et, surtout, par l’énergie éolienne. Ils sont partis en expédition depuis Qaleraliq, au sud du Groenland, le 2 mai 2024 et parcourent actuellement 1 500 kilomètres pour atteindre Upernavik, au nord, en 30 jours. L’expédition, baptisée « SOS Arctic 2024 » par Larramendi, vise non seulement à mettre à l’épreuve le système de traîneau, mais aussi à prouver sa valeur scientifique et à mener un programme de recherche approfondi.

« Inuit Windsled » est un système de traîneau modulaire basé sur la technologie inuit. Il est loin d’être petit – il mesure environ 20 mètres de long et 3 mètres de large. Les modules individuels reposent chacun sur cinq patins, qui sont maintenus ensemble par un réseau flexible de barres et peuvent ainsi compenser les éventuelles bosses de la surface glacée pendant le trajet. Le système peut accueillir jusqu’à huit personnes et, tandis que trois conducteurs s’assoient sur le module de direction à l’avant, les autres membres peuvent s’installer confortablement dans le module d’habitation à l’extrémité du système. Le système et l’équipe reçoivent l’énergie nécessaire à la navigation et à l’équipement grâce à des modules solaires situés au centre du système. « Inuit Windsled » peut transporter jusqu’à trois tonnes de matériel, ce qui est suffisant pour des expéditions de longue durée dans l’Arctique et l’Antarctique.

Au cœur du système, outre la conception simple des traîneaux, se trouve le système de propulsion. Il est basé sur une vieille idée déjà testée par Fridtjof Nansen : la navigation à voile. Mais alors que Nansen (et certains des premiers explorateurs polaires après lui) utilisait encore des voiles traditionnelles qui ressemblaient à des bateaux, les expéditions modernes, surtout lorsqu’elles voyagent seules, utilisent des voiles de type kite. Ces petites voiles sont robustes, plus faciles à diriger et fonctionnent également à des vitesses de vent plus faibles.

Larramendi, vétéran des expéditions polaires et à l’époque le plus jeune explorateur polaire à atteindre le pôle Nord géomagnétique à l’âge de 25 ans, s’est demandé « Pourquoi ne pas utiliser le vent pour naviguer à travers les masses de glace du Groenland et de l’Antarctique ? La simplicité pour atteindre zéro émission aux pôles Nord et Sud ». Le résultat de plus de 20 ans de développement est un système de douze voiles de cerf-volant d’une surface comprise entre 5 et 150 mètres carrés et d’une longueur de corde de pilotage comprise entre 150 et 500 mètres, avec lequel « Inuit Windsled » peut atteindre des vitesses comprises entre 8 et 50 km/h. Le système est contrôlé par trois timoniers qui, selon le projet, se relaient par tranches de 10 heures.

La vidéo exclusive d’une minute montre la fonctionnalité du traîneau et comment diriger « Inuit Windsled » à l’aide d’une voile de cerf-volant. Vidéo : avec l’aimable autorisation de l’Osservatorio Arctico

Cependant, l’expédition de Ramón Larramendi n’est pas qu’un simple essai, elle sert aussi à étudier la calotte glaciaire du Groenland. En collaboration avec des institutions partenaires d’Italie, d’Espagne et des États-Unis, l’équipe collectera des échantillons de neige et d’air à différents endroits pour cinq projets différents. Ceux-ci seront ensuite analysés pour déterminer la présence de divers polluants chimiques tels que le mercure, les PFAS et la suie, la présence de microplastiques et la composition des micro-organismes. Parallèlement, un nouveau système portable de mesure de l’ozone, de l’oxyde nitreux et des solides dans l’air sera également testé. L’objectif principal est de montrer que le système de traîneau n’est pas seulement adapté au transport de matériel, mais qu’il représente également une véritable plate-forme de recherche pouvant être utilisée pour des travaux dans certaines parties de l’Arctique et de l’Antarctique.

Ramón Larramendi est accompagné d’un ingénieur électricien italien, d’un alpiniste vénézuélien et d’un alpiniste espagnol. L’équipe est soutenue par des experts en logistique groenlandais, un guide groenlandais et un guide italien du Groenland. Plusieurs partenaires italiens (dont l’Institut polaire ISP et le Conseil italien de la recherche), groenlandais et espagnols soutiennent le projet de Larramendi.

Si les tests sont concluants (ce qui semble actuellement probable), les « Inuit Windsled » seront disponibles pour la recherche dès l’année prochaine et, au lieu d’arborer des drapeaux diesel, ils traverseront à toute vitesse les étendues blanches du Groenland ou de l’Antarctique avec des voiles de cerf-volant volantes au service de la science.

Michael Wenger, Polar Journal AG

Lien vers le site de Windsled.org

En savoir plus sur le sujet

Print Friendly, PDF & Email
error: Content is protected !!
Share This