Science, silence, impasse – La réunion du traité sur l’Antarctique en Inde s’ouvre sur une mise en garde contre la progression de la technologie minière | Polarjournal
Extinction Rebellion, des volontaires de Greenpeace et d’autres manifestants protestent contre l’arrivée de l’Akademik Alexander Karpinsky, un navire russe qui effectue des relevés sismiques en Antarctique, au V&A Waterfront du Cap, le 26 janvier 2023. (Photo : Jamie Venter)

L’extraction de ressources minérales dans les étendues de glace peut être illégale et constituer une tâche physique difficile. Pourtant, un scientifique indien de haut niveau a déclaré à 56 États – dont la Russie, soupçonnée de « prospecter » dans cette région sensible – qu’il s’inquiétait de la croissance « rapide » des méthodes d’exploration et de la manière dont elles pourraient être utilisées par des « nations extérieures » au traité sur l’Antarctique.

Lancée sous le signe de la controverse à Kochi, en Inde, mardi 21 mai, la cérémonie d’ouverture de la réunion consultative du Traité sur l’Antarctique 2024 (ATCM46) a largement réussi à éviter de faire tanguer le brise-glace géopolitique.

En d’autres termes, l’extrait diffusée pendant 30 minutes d’une cérémonie d’ouverture par ailleurs fermée – prévue pour durer 150 minutes – a semblé éviter la plupart des sujets brulants possibles, même si les activités de « prospection » de la Russie en Antarctique ont fait la une des journaux du monde entier au cours de la semaine écoulée.

Le traité de démilitarisation de 1959 consacre la vaste frontière couverte de glace à des activités pacifiques telles que la science et le tourisme. Plus de 60 ans plus tard, il est toujours considéré comme une référence en matière de diplomatie.

Le Dr Shailesh Nayak, directeur de l’Institut national indien des études avancées, a mis en garde contre les progrès « rapides » des technologies minières.

« La demande en ressources devrait augmenter au cours des 50 prochaines années, car le climat continue de changer et la technologie progresse », a-t-il déclaré, soulignant que cette question faisait partie de ses trois principaux défis, dont la lutte contre le changement climatique et le tourisme.

« Bien que le protocole sur la protection de l’environnement du traité sur l’Antarctique interdise toute activité liée aux ressources minérales autre que la recherche scientifique, les nations qui ne sont pas parties au traité ne sont pas liées par ces exclusions », a déclaré M. Nayak. « Les technologies pour l’exploration du pétrole, du gaz et des minéraux dans les régions éloignées ont été développées ou progressent rapidement.

Le « permis pour les activités liées aux ressources minérales » de la nouvelle loi sur les Indiens

L’Inde a également des intérêts stratégiques et scientifiques dans l’Arctique et l’Himalaya, et son engagement à protéger l’environnement de la frontière méridionale a été consacré par la promulgation de la loi sur l’Antarctique de la nation tripolaire en août de l’année dernière.

L’interdiction de l’exploitation minière prévue par le protocole proscrit les « activités liées aux ressources minérales », mais autorise la « recherche scientifique ». Si la nouvelle loi sur les Indiens interdit explicitement le forage, le dragage ou l’excavation pour les « ressources minérales » dans l’Antarctique, elle établit néanmoins un cadre permettant de délivrer des permis pour les « activités liées aux ressources minérales » si l’autorité en question estime que ces activités relèvent de la « recherche scientifique ».

En avril 2022, un éditorial accablant du Telegraph India décrivait la loi de l’époque comme un « équilibre précaire entre les objectifs scientifiques et la prospection ».

Il a fait l’éloge des caractéristiques de cette loi, notamment l’autorisation du tourisme et l’extension de la compétence des tribunaux indiens à l’Antarctique. Toutefois, elle a mis en garde contre un éventuel désespoir de ressources d’ici 2048, lorsqu’il y aura une possibilité légale que l’interdiction, qui n’a pas de date d’expiration, puisse être renégociée et même levée après avoir franchi des obstacles difficiles à surmonter.

Le silence des gouvernements signataires du traité sur l’Antarctique sur les vastes études sismiques menées par la Russie, mises en lumière par une série d’enquêtes du Daily Maverick depuis octobre 2021, a été flagrant.

Bien que nous ayons contacté à plusieurs reprises le secrétariat du traité et le Comité pour la protection de l’environnement depuis 2021 afin de commenter les études menées par Rosgeo, l’explorateur minier du Kremlin, nous n’avons toujours pas reçu de commentaires officiels.

La série Daily Maverick a publié plusieurs autres documents émanant d’acteurs de l’État russe et citant des estimations de 70 milliards de tonnes d’hydrocarbures de réserves possibles sous l’océan Austral – converties en environ 500 milliards de barils de pétrole et de gaz. En février 2020, un communiqué de Rosgeo affirmait avoir trouvé 70 milliards de tonnes de pétrole et de gaz dans les bassins sédimentaires de l’Antarctique oriental de l’océan Austral.

Alors que les scientifiques russes ont utilisé les données sismiques pour la recherche scientifique tectonique, des tiers pourraient se demander pourquoi de telles estimations sont publiées. L’explorateur minier s’est également rendu six fois depuis 2011 dans la mer de Weddell, qui fait l’objet de revendications dormantes de la part de l’Argentine, du Chili et du Royaume-Uni, bien que les réserves potentielles de cette mer ne soient peut-être pas très importantes.

La réticence apparente à aborder la question peut découler de considérations géopolitiques, d’intérêts économiques et des complexités de la diplomatie internationale. Il reste à voir si ces engagements quasi annuels via l’Afrique du Sud et l’Amérique du Sud seront davantage pris en compte lors de la réunion à huis clos de cette année, d’autant plus que l’Inde est le principal client de la Russie pour le pétrole transporté par voie maritime, comme le rapporte Reuters. Et l’événement se déroule sur le territoire des BRICS.

Nous avons demandé au secrétariat de l’hôte indien de nous faire part de ses commentaires. Les réponses n’ont pas été reçues dans les délais.

Ne « gâchez » pas cette occasion : Une coalition prudente dirigée par le Royaume-Uni ?

Dans un article sur les activités « troublantes » de la Russie paru dans The Spectator le week-end dernier, le professeur Klaus Dodds, éminent géopoliticien polaire, a appelé à une diplomatie judicieuse. Bien que les BRICS soient un forum intergouvernemental totalement indépendant du système des traités, les partenaires de l’alliance, à savoir le Brésil, la Chine, l’Afrique du Sud et, bien sûr, la Russie, ont envoyé des délégations décisionnelles à Kochi. Moscou et Pretoria ont déjà défendu les études sismiques russes – qui ont provoqué une série de manifestations au Cap en 2023 – en les qualifiant de simples données scientifiques.

M. Dodds a suggéré qu’il était important de reconnaître la Russie comme un « acteur polaire majeur » dans la frontière méridionale glacée. Comme l’Afrique du Sud, partenaire des BRICS, elle est un signataire du traité fondateur et un État décideur. Il considère l’Antarctique à la fois comme un « laboratoire scientifique » et comme une « frontière de ressources dans laquelle le pays doit veiller à ce que ses intérêts ne soient pas compromis par ceux qui ont une plus grande capacité d’exploitation ».

Glace de mer de l’Antarctique oriental pendant l’été 2009/10, vue depuis le SA Agulhas I, le navire de recherche polaire sud-africain. (Photo : Tiara Walters)

Moscou s’est également montrée hostile à l’extension des zones marines protégées parce qu’elle craint que son accès aux futures possibilités de pêche ne soit désavantagé.

« L’intérêt de la Russie pour l’Antarctique n’est pas près de disparaître. La Grande-Bretagne a une réelle opportunité de mener une coalition qui préserverait la place du continent en tant que terrain neutre avant que la géopolitique brute n’interfère davantage », écrit M. Dodds, qui insiste sur le fait qu' »il serait sage de ne pas la gâcher ».

Les éléphants de mer dans la salle

Le panel d’hôtes indiens a tenu à mettre l’accent sur la protection de l’environnement, les impacts du changement climatique et la primauté de la science. Il a noté que la réunion déboucherait sur quelque chose d’assez historique : le premier groupe de travail ciblé espérant produire des réglementations pour les quelque 220 000 touristes qui ont afflué dans l’Antarctique depuis 2022.

Pour le reste, il a passé sous silence une série de questions brûlantes qui méritaient vraisemblablement une reconnaissance diplomatique, notamment :

  • L’invasion massive de l’Ukraine par la Russie, d’autant plus que les deux États sont décisionnaires en matière de traité. Les bureaux de Kiev dans l’Antarctique ont été gravement endommagés par un missile russe en octobre 2022, ce qui a entraîné le départ des États occidentaux lors des dernières réunions de l’ATCM, les émissaires de Moscou ayant tenté de prendre la parole ;
  • Le harcèlement et les agressions sexuelles dans les stations de l’Antarctique ont été largement signalés;
  • L’arrivée historique en 2023 de la grippe aviaire hautement pathogène dans l’Antarctique, un point important discuté à huis clos lors de l’ATCM 2023 d’Helsinki ;
  • la protection des manchots empereurs, bloquée par la Chine, partenaire des BRICS, depuis 2022 ; et
  • L’annexe du traité sur l’Antarctique relative à la responsabilité en cas d’urgence environnementale, un élément essentiel de la législation polaire, qui n’est toujours pas en vigueur près de 20 ans après son adoption en 2005 à Stockholm.

Faut-il vraiment 20 ans pour mettre en œuvre une annexe ?

Le professeur Akiho Shibata, directeur du centre de recherche sur la coopération polaire de l’université de Kobe au Japon, a fait remarquer lors d’un séminaire public organisé lundi à Kochi en prévision de l’ATCM que « des éléments très importants pour réglementer le tourisme dans l’Antarctique » n’étaient toujours pas en place.

« Nous avons passé près de 20 ans à réfléchir à la manière de les mettre en œuvre et je pense que c’est trop long. Il en va de même pour la responsabilité environnementale », a déclaré M. Shibata. « Bien sûr, il y a plusieurs difficultés, en fonction de certains pays. Mais avons-nous vraiment besoin de 20 ans pour mettre en œuvre une annexe ?

Shibata, éminent expert en droit polaire et ancien chef de la délégation japonaise, a ajouté : « Il est donc très important que nous montrions que le régime est efficace en acceptant les nouvelles règles et en les rendant juridiquement applicables ».

« La réglementation officielle du tourisme a été retardée pendant trop longtemps », a ajouté Claire Christian, directrice exécutive de la Coalition pour l’Antarctique et l’océan Austral (Asoc). L’ATCM, a observé M. Christian, « offre une occasion cruciale d’adopter enfin des réglementations applicables et de prévenir les impacts sur la biodiversité de l’Antarctique ».

Eaux grises « non réglementées », microplastiques : contrôle des stations et des navires

L’Asoc, qui participe à la réunion, a signalé d’autres maux de tête non réglementés.

L’augmentation du nombre de touristes et de stations de recherche dans la région signifie également que davantage de microplastiques et d' »eaux grises » – l’eau utilisée pour le bain, la lessive, etc. – sont déversés dans les eaux de l’Antarctique.

« Les rejets d’eaux grises, qui contiennent souvent des fibres microplastiques provenant des tissus synthétiques des vêtements, ne sont actuellement pas réglementés », a déclaré l’organisation.

« Des microplastiques ont déjà été détectés dans les eaux et les espèces de l’Antarctique. » Pour lutter contre cette menace émergente, l’Asoc et ses membres demandent à l’ATCM d’imposer des exigences plus strictes aux navires et aux stations de recherche ».

Les vrais adultes peuvent-ils se lever ?

S’exprimant également lors du séminaire public de lundi, la doctorante brésilienne Yousra Makanse a cité les inondations extrêmes dans le sud du Brésil comme un avertissement d’une activité climatique « plus fréquente et plus intense ».

« Plus de 500 000 personnes ont été déplacées et plus de 150 ont perdu la vie », a déclaré M. Makanse, chercheur sur le tourisme en Antarctique à l’université de Wageningen, aux Pays-Bas. Le doctorant avait été invité en tant que « représentant de la génération future et pour parler des responsabilités de la génération actuelle envers l’avenir de l’Antarctique ».

« N’oubliez pas que les décisions prises ici n’ont pas seulement un impact sur les parties à l’ATCM, mais sur le monde entier », a souligné M. Makanse, citant le discours d’ouverture prononcé par Helena Gualinga, jeune militante pour le climat, lors de l’ATCM d’Helsinki. Elle a déclaré que nous comptons sur les décideurs pour avoir l’ambition de « nous laisser l’héritage que nous méritons et dont nous avons besoin pour notre survie ».

Lors de la réunion qui s’est tenue dans le port d’Helsinki, l’Afrique du Sud a choisi de ne pas participer à une ovation retentissante en l’honneur de ce même militant pour le climat et de rester assise à côté de la délégation russe. Les délégations sont placées par ordre alphabétique.

Tiara Walters, Daily Maverick

Cet article a été publié à l’origine par Daily Maverick et a été rédigé par Tiara Walters, une journaliste qui couvre l’Antarctique, la géopolitique et d’autres questions polaires.

Plus d’informations sur le sujet :

Print Friendly, PDF & Email
error: Content is protected !!
Share This