Najaaraq examine la confiance des Groenlandais dans les institutions publiques | Polarjournal
Najaaraq Demant-Poort, maître-assistante à Ilisimatusarfik, Université du Groenland. Photo : Najaaraq Demant-Poort

Nous ne savons pas dans quelle mesure les valeurs de confiance des Groenlandais correspondent aux idéaux du système de protection sociale que le Groenland a hérité du Danemark.

« La plupart des gens sont dignes de confiance. »

Si vous disiez cette phrase à un kaffemik dans quelque endroit du Groenland, vous seriez probablement en mesure de diviser les participants en deux groupes à peu près égaux. Ceux qui sont d’accord et ceux qui ne le sont pas. Dans une enquête réalisée en 2018, 43 à 57 % des Groenlandais ont répondu qu’ils étaient d’accord avec l’affirmation.

Les attitudes à l’égard de cette affirmation varient énormément selon le pays que vous examinez. Certains ne sont pas du tout d’accord. Au Zimbabwe, seuls 2,1 % sont d’accord, au Pérou le chiffre est de 4,2 et même dans un pays européen comme la Grèce, le chiffre n’est que de 8,4. Globalement, le niveau de confiance au Groenland est relativement élevé.

Ce qui est intéressant, c’est que le Danemark, dont le Groenland a hérité son système politique, se trouve tout en haut des listes. Dans une enquête de 2017, 77 % des Danois étaient ainsi d’accord avec l’affirmation.

« J’ai découvert très tôt que la question de la confiance était absolument centrale. »

Najaaraq Demant-Poort

Il existe une différence significative entre le Groenland et le Danemark, et Najaaraq Demant-Poort, maître-assistante à Ilisimatusarfik, Université du Groenland, aimerait comprendre si ces différences signifient que la façon dont nous gérons les institutions publiques groenlandaises (gouvernement, parlement, municipalités, police, syndicats, défense, etc.) pourrait ne pas correspondre aux valeurs de confiance du Groenland.

C’est ce dilemme que Najaaraq étudie dans le cadre de son doctorat.

Il faut avoir confiance dans l’efficacité de la législation

Avant de devenir chercheuse, Najaaraq Demant-Poort a travaillé pendant dix ans au sein du gouvernement du Groenland. C’est là qu’elle a remarqué que certains éléments de la pratique administrative ne convenaient pas toujours à la société groenlandaise.

Le niveau de confiance est plus faible au Groenland qu’au Danemark. Graphiques : Najaaraq Demant-Poort

« J’ai découvert très tôt que la question de la confiance était absolument centrale. Lorsque nous devions mettre en œuvre une législation héritée du Danemark, il fallait souvent que les citoyens soient convaincus que la réglementation était la bonne et qu’elle fonctionnerait », explique Najaaraq Demant-Poort.

« La législation dans le domaine où j’ai travaillé, par exemple, impliquait une grande expertise scientifique. Lorsque quelque chose comme cela doit être mis en œuvre avec notre système actuel, la confiance est nécessaire dans de nombreuses relations. Par exemple, entre les citoyens et les politiciens, les politiciens et les fonctionnaires, les fonctionnaires et les experts », explique-t-elle.

Elle l’a créé elle-même

Au cours de son mandat au sein du gouvernement, Najaaraq est devenue de plus en plus convaincue que de tels dilemmes de confiance sont absolument cruciaux pour certains des défis auxquels sont confrontées les institutions du Groenland.

Avant de devenir fonctionnaire, elle avait obtenu une maîtrise en sciences politiques à l’Université de Copenhague. Elle connaissait donc les recherches sur le sujet et a pu constater que la question de la confiance n’était pas suffisamment étudiée au Groenland.

« Beaucoup d’éléments indiquent qu’il pourrait être nécessaire de modifier certaines de nos institutions afin qu’elles soient mieux adaptées aux conditions groenlandaises.

Najaaraq Demant-Poort

« Ce fut un long processus pour savoir si j’étais sur la bonne voie et si je pouvais transformer mon intuition en un bon projet. Mais j’ai reçu beaucoup de soutien de la part de toutes les personnes à qui j’ai parlé et j’ai donc décidé d’aller de l’avant », déclare Najaaraq Demant-Poort.

Lorsqu’elle a été convaincue que son idée valait la peine d’être étudiée, elle a demandé et obtenu une subvention pour un projet pilote auprès du Conseil de la recherche du Groenland. Depuis lors, elle a été engagée comme maître-assistante à Ilisimatusarfik, où elle travaille et fait de la recherche aujourd’hui.

Pourquoi est-ce important pour le Groenland ?

Et qu’est-ce qui a poussé tout le monde à dire à Najaaraq que sa question valait la peine d’être étudiée ? Pourquoi le Groenland devrait-il se demander si la population a des valeurs différentes de celles du Danemark en matière de confiance mutuelle et de confiance dans les institutions ?

Le Groenland devrait le faire car il peut être à l’origine de certains dysfonctionnements dans le secteur public, explique M. Najaaraq.

« Le modèle scandinave est un modèle à suivre dans d’autres parties du monde, et il est réputé pour de nombreuses choses : par exemple, un niveau élevé de bien-être, une grande qualité de vie et une économie stable. Nombreux sont ceux qui établissent un lien entre ces éléments et le niveau élevé de confiance. Mais ici, au Groenland, la situation est tout à fait différente », déclare-t-elle avant de poursuivre :

« Ici, nous avons hérité des institutions par le biais d’un processus de colonisation, mais nous les gérons comme si elles devaient fonctionner de la même manière que dans les autres pays scandinaves. »

L’illustration montre comment les institutions centrales de la société groenlandaise sont héritées d’un modèle scandinave. Graphique : Najaaraq Demant-Poort

Elle cite trois exemples concrets d’incohérence entre les valeurs de confiance du Groenland et les idéaux de confiance requis par le système :

1. L’absence de réformes

Tout d’abord, elle souligne que le secteur public continue de croître, même si personne ne le souhaite. La confiance qui a été décrite comme une « huile dans les rouages » qui rend le secteur public efficace dans les pays nordiques, ne fonctionne apparemment pas de la même manière au Groenland.

« Nos hommes politiques n’ont cessé de répéter qu’il fallait réformer le secteur public et réduire la bureaucratie. Mais c’est le contraire qui se produit. »

2. Non-paiement des dettes

Najaaraq mentionne également le fait que de nombreuses personnes ne paient pas l’argent qu’elles doivent à temps.

« Nous avons d’énormes arriérés d’impôts (défaut de paiement à temps). Nombreux sont ceux qui ne paient pas leurs impôts ou d’autres dettes comme ils le devraient », a-t-elle déclaré.

3. Mécanismes de contrôle multiples

Le troisième point qu’elle souligne est qu’il est nécessaire d’avoir des organismes de contrôle dans de nombreux domaines, car tout le monde ne respecte pas les règles.
« Par exemple, les règles de déclaration des captures de pêche ne sont pas toujours respectées, et vous devez donc mettre en place des contrôles coûteux pour vous assurer que les gens respectent les règles », a-t-elle déclaré.

« Ces éléments, entre autres, pourraient être dues au fait que certains des idéaux du système scandinave ne conviennent pas au Groenland », explique Najaaraq Demant-Poort.

Le Groenland doit trouver sa propre voie

Mais Najaaraq ne se contente pas d’identifier le problème, elle tente également d’y apporter des solutions. Toutefois, elle ne proposera pas elle-même de changements importants dans le système groenlandais.

La confiance est un thème central de la recherche de Najaaraq. Photo : Lars Demant-Poort

« Beaucoup d’éléments indiquent qu’il pourrait être nécessaire de modifier certaines de nos institutions afin qu’elles soient mieux adaptées aux conditions groenlandaises. Mais je ne sais pas encore exactement comment procéder. Il faut que nous, en tant que société, entamions un dialogue sur ce que nous attendons vraiment des institutions publiques », dit-elle.

Pour trouver des solutions, elle se penche également sur les recherches menées dans d’autres pays. Entre autres, les recherches menées en Suède, en Finlande et en Norvège, où des études similaires ont porté sur la confiance au sein de la population d’origine sami. Mais les pays éloignés du Groenland et de l’Arctique sont également pertinents.

« Il s’agit d’être en sécurité et de faire confiance au système, et c’est sur ce point que portent mes recherches. »

Najaaraq Demant-Poort

« Ce qui est intéressant, c’est que lorsque vous examinez d’autres pays colonisés dans le monde, vous constatez qu’ils présentent de nombreux points communs avec le Groenland. La différence dans les valeurs de confiance peut également provenir de la structure de pouvoir inégale qui résulte du fait que les pays ont hérité de leurs institutions d’ailleurs », a-t-elle déclaré.

Concours remporté en Islande

Les résultats de Najaaraq s’inscrivent donc dans un vaste débat international et il est important de les diffuser, y compris en dehors du Groenland. C’est ce qu’elle a fait en présentant ses recherches lors d’un concours organisé dans le cadre de la conférence de l’Arctique, l’Arctic Circle Assembly, en Islande.

Son projet a été primé par 12 autres projets de recherche sur l’Arctique.

Elle pense elle-même que c’est parce qu’elle a rendu la recherche racontable. Elle a décrit une situation à laquelle tout le monde peut s’identifier.

« J’ai parlé du sentiment qui vous envahit lorsque vous recevez une lettre de la municipalité et que vous devenez soudainement très nerveux. Cette image illustre très bien le fait que nous avons tous certaines attentes lorsque nous devons interagir avec une institution publique », dit-elle, avant de poursuivre :

« Ce sentiment est formé par de nombreux éléments : nos expériences antérieures avec l’institution, notre éducation ou notre connaissance du système. Il s’agit de se sentir en sécurité et de faire confiance au système, et c’est sur ce point que portent mes recherches », explique-t-elle.

Ole Ellekrog, Polar Journal AG

Cet article a été publié à l’origine sur Arctic Hub.

En savoir plus sur le sujet

Print Friendly, PDF & Email
error: Content is protected !!
Share This