La rétrospective polaire – Le tourisme arctique, comme une randonnée nocturne | Polarjournal
Le ciel nocturne de l’Arctique et la région ne sont pas toujours illuminés par des aurores. Souvent, la seule lumière disponible provient de lampes, pour éclairer le chemin. Le choix de la voie à suivre dépend ensuite de l’opinion de la personne. (Photo : Michael Wenger)

La retrospective polaire revient sur les événements de la semaine écoulée liés à l’Arctique et à l’Antarctique et se concentre sur un ou plusieurs aspects. La semaine dernière, c’est le tourisme arctique qui a fait l’objet de discussions entre l’industrie, la politique et les sciences. Il apparaît ainsi que la recherche de solutions s’apparente à une randonnée dans la nuit polaire.

Selon la tradition des peuples de l’Arctique, les aurores boréales sont, entre autres, des esprits qui éclairent souvent le chemin des vivants. Mais le phénomène naturel n’est pas toujours visible et il ne reste plus que les lampes dans l’obscurité de la nuit polaire pour s’orienter et choisir une direction. Il semble logique que, si un groupe voyage, ses membres parviennent à un consensus sur la direction à prendre pour atteindre leur destination.

Cette description symbolique peut s’appliquer au débat actuel sur le tourisme dans l’Arctique. L’objectif ou la destination est le même pour toutes les parties prenantes : un type de tourisme dans l’Arctique qui ne nuit pas à la nature ou à la société, mais qui est en même temps économiquement viable et qui soutient également la science dans ses efforts pour mieux étudier des millions de kilomètres carrés d’océan, de toundra, de glaciers et de montagnes avec tout ce qui y vit et tous ceux qui y vivent.

Le « tourisme scientifique » est-il du greenwashing ou une véritable aide à la recherche ?

Un article publié la semaine dernière sur le portail d’information norvégien High North News montre que les lumières des différents acteurs de l’industrie, de la science et de la politique pointent dans des directions différentes. L’article est une réponse de l’Association of Arctic Expedition Cruise Operators (AECO) à un article publié dix jours plus tôt sur le même portail d’information. Selon la déclaration d’un scientifique dans l’article, les exploitants de navires se livreraient à du « greenwashing » en embarquant des scientifiques qui utilisent ces voyages pour collecter des données dans des zones autrement difficiles d’accès. Le scientifique affirme également que le rapport coût-bénéfice n’est pas positif.

Il va sans dire qu’AECO, en tant que représentant de l’industrie, ne pouvait rester les bras croisés face à de telles déclarations. L’article réponse de la semaine dernière souligne la coopération fructueuse avec diverses organisations et institutions de recherche et les données qui ont permis de mieux comprendre divers processus dans l’Arctique. En outre, il indique que tous les membres de l’AECO se sont engagés à respecter des règles strictes pour protéger la nature et l’environnement et pour minimiser leur impact sur l’environnement sensible de l’Arctique. Ils accueillent favorablement la discussion sur les améliorations, mais veulent être inclus dans cette discussion, conclut l’article de l’AECO.

La politique est à la fois un frein et un soutien au tourisme arctique

Toutefois, le souhait d’AECO (et d’autres représentants de l’industrie) d’être davantage impliqué dans la discussion se heurte à une certaine méfiance de la part de la communauté scientifique et des décideurs politiques. Cette méfiance est notamment alimentée par les violations des règles et les accidents, qui font le jeu des détracteurs. En outre, les décideurs politiques poursuivent également leur propre agenda en matière de tourisme et évaluent différemment la science et le tourisme. Par exemple, l’AECO et d’autres représentants du tourisme au Svalbard estiment avoir été ignorés dans le document stratégique du gouvernement norvégien sur le tourisme arctique. L’industrie affirme que, bien qu’elle ait cherché le dialogue et fait des suggestions, elle n’a finalement pas été écoutée et que seules les recommandations scientifiques ont été suivies.

Au Groenland aussi, le débat fait rage entre les parties en ce qui concerne le tourisme durable. Plusieurs lois visant à imposer des règles strictes de protection sont actuellement en cours de discussion, et certains membres du gouvernement ont plus ou moins directement exprimé leur désapprobation et leur incrédulité à l’égard des voyages touristiques dans les fjords reculés du Groenland par le passé. Cependant, leurs arguments ne suivent pas la ligne scientifique adoptée par leurs collègues norvégiens, mais se concentrent plutôt sur l’impact économique de la perturbation des importantes populations de mammifères marins et de poissons, en se référant aux observations faites par les pêcheurs et les chasseurs locaux plutôt qu’aux données scientifiques. Ces derniers attribuent le déclin des baleines, des phoques et des poissons principalement aux effets du changement climatique. Pourtant, des ministres comme Kalistat Lund n’en tiennent pas compte et remettent en question le tourisme (scientifique) dans l’Arctique. Malgré cela, le gouvernement de Nuuk encourage l’expansion des aéroports afin de faire face à l’augmentation du nombre de touristes et crée également des incitations économiques pour promouvoir le Groenland en tant que destination touristique.

Dans l’ensemble, l’article de la semaine dernière montre à quel point les points de vue des différents acteurs du tourisme arctique sont éloignés les uns des autres, ou plutôt à quel point les lumières pointent dans des directions différentes. Peut-être qu’un peu d’aide venant d’en haut, sous forme d’aurores, est nécessaire pour percer l’obscurité et éclairer le chemin des partis.

Michael Wenger, Polar Journal AG

En savoir plus sur le sujet

Print Friendly, PDF & Email
error: Content is protected !!
Share This